Attentat en Syrie dans la ville du ministre de la Défense

BEYROUTH (Reuters) - Un double attentat suicide à la voiture piégée a tué 13 militaires dans la ville d'origine du ministre syrien de la Défense, rapporte mardi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Deux kamikazes, dont un Saoudien venu combattre en Syrie au sein du Front al Nosra, branche locale d'Al Qaïda, se sont fait exploser lundi soir à bord de deux voitures à un barrage de l'armée dans le village de Rahdjane, dans la province centrale d'Hama.

Cette localité est la ville d'origine du ministre de la Défense, Fahd al Freidj, qui vit désormais à Damas. Ce dernier est issu de la majorité sunnite de Syrie, qui fournit l'essentiel des combattants de la rébellion cherchant à renverser le président alaouite Bachar al Assad.

"C'est un message adressé par les combattants du Front al Nosra à Freidj: 'Tu n'es même pas capable de protéger les tiens'", a commenté Rami Abdelrahmane, le directeur de l'OSDH.

D'après ce dernier, cet attentat a été suivi de combats autour de Rahdjane entre des rebelles et les forces gouvernementales. Cinq membres du Front al Nosra et trois combattants d'autres brigades rebelles ont été tués dans ces affrontements qui se sont prolongés jusqu'à l'aube mardi, a dit Rami Abdelrahmane.

Un autre groupe djihadiste syrien, l'Ajnad al Cham, a dit avoir participé à l'attentat. Dans un communiqué, il précise que la localité visée est la principale base régionale des milices pro-Assad.

Dans son dernier message laissé sur son compte Twitter, le Saoudien qui a péri dans l'attaque évoque "le dernier chapitre de (sa) vie" et renvoie à deux messages mis en ligne pour ses proches, ses compagnons de combat et les dirigeants d'Al Qaïda, dans lesquels il les exhorte à suivre son exemple.

"Vous devez mener ces opérations martyrs (...) J'ai recherché le martyre et la dynastie des Assad sera anéantie avec moi", écrit-il notamment.

Erika Solomon; Bertrand Boucey et Henri-Pierre André pour le service français

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.
POLL

Faut-il contraindre les pays européens à accueillir plus de migrants ?

Chargement...
Options du sondage