Attentat d'Istanbul : raid aérien contre la ville de Kobané en Syrie et menaces turques

© AFP - YASIN AKGUL

Les forces kurdes en Syrie ont accusé l'armée turque d'avoir effectué plusieurs bombardements aériens contre la ville de Kobané samedi 19 novembre, quelques jours après qu'Ankara a désigné le mouvement kurde du PKK responsable d'un attentat qui a ensanglanté Istanbul. La Turquie a aussi affirmé que « l'heure des comptes a sonné ».

(Avec AFP)

« L'heure des comptes a sonné ! Les salauds devront rendre des comptes pour leurs attaques perfides », a annoncé dimanche sur Twitter le ministère turc de la Défense, montrant la photo d'un avion décollant pour une opération nocturne sans précision de lieu.

« Les nids de la terreur sont rasés par des frappes de précision », ajoute-t-il dans un autre message sur Twitter, posté avec une vidéo montrant la définition d'une cible suivie d'une explosion, toujours sans précision du lieu où se déroule l'attaque.

Le ministère ne donne aucun détail sur l'opération qui semblait être en cours dans la nuit de samedi à dimanche, mais les forces kurdes ont annoncé des « bombardements aériens de l'armée turque » contre la localité de Kobané, dans le nord-est de la Syrie, et contre deux autres villages.

Plus de vingt frappes ont été effectuées par l'armée turque dans les deux provinces, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG basée à Londres et qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, sans pouvoir fournir de bilan des pertes et dégâts.

Craintes américaines d'une action militaire turque

Les autorités turques accusent une jeune femme de nationalité syrienne d'avoir posé la bombe, qui a explosé dans la grande rue commerçante d'Istiklal, dans le centre d'Istanbul.

Lire la suite sur RFI

VIDÉO - Six morts dans un attentat à Istanbul