Attentat déjoué: comment un des suspects a pu être jugé et incarcéré en France sous une fausse identité

Clément Baur, le plus jeune des deux hommes soupçonnés d'avoir projeté un attentat pendant la campagne présidentielle, a été condamné à 4 mois de prison en 2015. C'est dans sa cellule de la prison de Lille-Sequedin qu'il a fait la connaissance de son complice présumé. 

La ou les cibles restent indéfinies mais le parcours des deux hommes interpellés à Marseille pour des soupçons d'attentat se précise. Déjà mardi soir, le procureur de la République de Paris, François Molins, annonçait que les deux suspects, Mahiedine Merabet et Clément Baur, s'étaient connus en prison. Si le personnel du centre pénitentiaire de Lille-Sequedin se souvient du premier, le second n'a laissé aucun souvenir. Et pour cause.

Selon nos informations, le jeune homme, aujourd'hui âgé de 23 ans, a été jugé et incarcéré en 2015 pour détention et usage de faux documents administratifs en présentant... une fausse identité, celle d'un ressortissant tchétchène, Ismaïl Djabraïlov. Son complice présumé, au casier judiciaire déjà bien rempli, purgeait lui une peine de quatre ans de prison, dont un avec sursis, pour trafic de stupéfiants. Ils se sont alors côtoyés pendant deux mois à Lille-Sequedin.

Plusieurs alias

Clément Baur s'est converti à l'Islam en 2007. En 2015, sa famille signale sa disparition et une pratique radicale de la religion. Lors d'un contrôle au début du mois de janvier 2015, le jeune homme va présenter une fausse carte d'identité. Ce qui lui vaut d'être jugé. Devant le tribunal correctionnel de Lille, il va donner alors une nouvelle identité, cette fois-ci un nom à consonance tchétchène qui figure sur les papiers qu'il présente à la police et à la...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages