Attentat raté de Notre-Dame : « Je n’allais pas appeler la police pour leur dire : "Ouais, il y a une femme qui fait une crise" »

Thibaut Chevillard

PROCES - Mohamed Lamine Aberouz a affirmé ce mercredi à la cour qu’il n’était pas au courant du projet d’attentat fomenté par sa future épouse et ses coaccusées  

Il entre discrètement par la porte réservée aux témoins. S’arrête un court instant devant son fils, dans le box des accusés, et lui sourit. Mohamed Lamine Aberouz fait signe à son père de s’avancer à la barre en lui indiquant le chemin d’un geste de la main. Veste marron, pantalon gris, cet homme de 77 ans, qui ne parle pas français, jure de dire toute la vérité, explique sa traductrice. « Dites-lui qu’en tant que membre de la famille de l’accusé, il n’a pas à le faire… encore moins au nom de Dieu dans cette enceinte », réagit le président de la cour d'assises spéciale de Paris, Laurent Raviot. « C’est la première fois que je me retrouve à la barre, c’est important pour moi de jurer », répond Ali Aberouz.

Les magistrats comptent sur lui et les autres membres de la famille de Mohamed Lamine Aberouz pour cerner un peu plus la personnalité du jeune homme jugé aux côtés de sept autres personnes dont certaines pour un attentat raté près de Notre-Dame. Mais ce retraité n’a pas grand-chose à dire. Son fils « n’a jamais eu de problème », ne pratiquait pas la religion de manière « rigoriste », était un garçon « respectueux ». Voilà. Voile bleu à carreaux sur la tête, Salhia, la mère Mohamed Lamine, n’est pas plus disserte. « Que voulez-vous que je vous dise, à part que c’est mon fils ? » Elle n’a « pas compris » pourquoi son fils était jugé depuis deux semaines, lui qui est une personne « raisonnable qui ne connaît pas le mensonge ».

Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Attentat raté de Notre-Dame : « On se torture l’esprit pour savoir où on a merdé », confie le père d’une accusée
Attentat déjoué devant Notre-Dame de Paris : Portraits croisés d’accusées à la radicalisation express
Attentat raté de Notre-Dame : « Si je ne l’évite pas, je prends le couteau dans le cou »
Attentat déjoué à Notre-Dame : Derrière les accusés, l’ombre du djihadiste Rachid Kassim
Parquet national antiterroriste: trois questions sur cette nouvelle organisation
Attentat raté de Notre-Dame : « Chacun sa version. Y a pas de souci ! »
Attentat déjoué devant Notre-Dame de Paris : Six femmes et deux hommes dans le box des accusés
Attentat raté de Notre-Dame : « Ils lui avaient déjà bien mangé le cerveau », la mère d'une accusée raconte son impuissance
Terrorisme: Comment la jeune Inès Madani est devenue le djihadiste Abou Souleyman