Attentat contre Rafic Hariri: le Tribunal spécial pour le Liban débute la phase d'appel

·1 min de lecture

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a annoncé ce mercredi 13 janvier débuter la phase d'appel dans l'affaire de quatre suspects pour leur rôle présumé dans l'assassinat en 2005 de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

L’accusation et la défense ont fait appel ce mercredi du verdict du Tribunal spécial pour le Liban. Une cour créée par le Conseil de sécurité des Nations unies pour juger les assassins présumés de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, tous membres du Hezbollah.

Le 18 août dernier, le TSL avait reconnu la culpabilité de Salim Ayyache dans cet attentat-suicide à la camionnette piégée, qui avait fait le 14 février 2005, 21 morts et plus de 220 blessés. Trois autres suspects avaient été acquittés faute de preuves.

Le bureau du procureur du TSL a contesté mercredi ce jugement, faisant valoir « des erreurs de droit et des erreurs de fait », qui « invalident le verdict et entraînent un déni de justice ».

Vague de critiques

La défense aussi a contesté chacune des déclarations de culpabilité prononcées contre Salim Ayyache, qui a été condamné à la perpétuité pour « homicide intentionnel ». Les avocats demandent que toutes ses condamnations soient annulées.

Le procès par contumace a duré près de six ans. Le jugement a suscité une vague de critiques, car malgré les centaines de millions de dollars dépensés, il n’a rien apporté de nouveau sur ce que tout le monde savait déjà sur les circonstances de l’assassinat de Rafic Hariri.

À lire aussi : Assassinat de Rafic Hariri: pourquoi tant de divisions sur le Tribunal spécial au Liban ?