Attentat de Conflans: Jean Castex veut créer un «délit de mise en danger» sur internet

·2 min de lecture

Les réseaux sociaux, souvent utilisés pour diffuser des messages de haine, se retrouvent une nouvelle fois sur la sellette après l'assassinat du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, mais la peur de toucher à la liberté d'expression rend les initiatives difficiles.

Le Premier ministre Jean Castex a dit ce mardi 20 octobre vouloir créer un nouveau délit de « mise en danger par la publication de données personnelles » sur internet. « Nous ne pouvons plus nous résoudre à assister passivement au déchaînement de la haine sur les réseaux sociaux », a-t-il affirmé lors de la séance de questions au gouvernement.

La ministre en charge de la Citoyenneté Marlène Schiappa a de son côté annoncé que le gouvernement réactivait « le groupe de contact permanent » mis en place en 2015 avec les principaux réseaux sociaux pour « une mobilisation et une réponse conjointe de l'Etat et des plateformes contre le cyber-islamisme ». Ce groupe de contact avait été créé par Bernard Cazeneuve, alors ministre de l'Intérieur, dans le cadre de la lutte contre la propagande de Daech. « Je veux que les réseaux sociaux prennent leur responsabilité » pour éliminer les contenus haineux, a-t-elle martelé mardi sur RTL, avant de recevoir les représentants français de Facebook, Google/YouTube, Twitter, Tiktok et Snapchat.

Les professeurs du collège du Bois d'Aulne, collègues de Samuel Paty, ont également relevé le rôle des réseaux sociaux dans une déclaration publiée mardi. Ils n'incriminent pas directement les réseaux dans la mort de leur collègue, mais leur reprochent plutôt la constitution d'une ambiance générale délétère dans les établissement scolaires.

« Nous exprimons notre vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux. La rapidité avec laquelle l'information est diffusée au plus grand nombre, et son aspect irréversible, sont un véritable fléau dans l'exercice de notre métier », déclarent-ils.

(Avec AFP)