Attentat de Berlin: le concours de circonstances qui a mené à la mort du camionneur polonais

ATTENTAT DE BERLIN - Sa mort reste pour l'heure un mystère. Le conducteur du camion utilisé dans l'attaque d'un marché de Noël de Berlin, qui a fait au moins 12 morts lundi 19 décembre, était un ressortissant polonais apparemment sans histoire. D'après le transporteur pour qui il travaillait, son corps, retrouvé inanimé dans la cabine du poids lourd après l'attentat revendiqué par Daech, portait des traces de coups lorsqu'il a été découvert.

L'homme de 37 ans, qui laisse une femme et un fils de 17 ans, était un costaud de 120 kilos, mesurant 183 centimètres, a dit aux médias polonais Ariel Zurawski, patron d'une société de transports installé près de Gryfino, dans le nord-ouest de la Pologne. "Une seule personne n'aurait pas eu raison de lui", dit-il du conducteur du camion, un cousin qu'il connaissait depuis l'enfance.

Zurawski avait été appelé dans la nuit par la police polonaise pour identifier la victime sur une photo. "On y voyait des traces de coups, il était évident qu'il s'était battu. Son visage était ensanglanté, tuméfié. Il y avait une blessure à l'arme blanche", a-t-il raconté, confiant qu'il avait eu du mal à regarder l'image. "La police m'a dit qu'il y avait aussi une blessure par balle".

Mardi matin, le ministre de l'intérieur allemand Thomas De Maizière a indiqué que la police était toujours à la recherche de l'arme à feu avec laquelle le chauffeur polonais a été abattu.

Arrivé à Berlin depuis l'Italie

La famille du conducteur est sous le choc. Son père a été emmené à l'hôpital par ambulance, alors qu'il savait seulement que quelque chose de grave était arrivé à son fils.

Sa femme s'est rendue à la police, mais on lui a épargné la vue de la photo. "C'est une personne d'une grande force", a dit Ariel Zurawski. "Elle est allée travailler aujourd'hui à Szczecin, car elle avait un appel d'offres important à traiter".

Il a insisté à plusieurs reprises sur un malheureux concours de circonstances ayant abouti à la mort de son employé. Ce dernier,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles