Attentat du Bataclan : témoignage de Lydia Berkennou, une rescapée des attaques

Lydia Berkennou est une survivante. Le soir du 13 novembre 2015, il y a cinq ans jour pour jour, elle se trouvait au Bataclan avec deux amis, dans la fosse, tout près de la scène, lorsque les terroristes ont commencé à tirer. "Juste avant que ça se produise, tous ces gens étaient en vie, chantaient, dansaient, rigolaient", se remémore-t-elle. Puis, soudain, c'est le chaos : autour de la jeune femme, les personnes s'effondrent. "J'ai rampé tout le long jusqu'à la sortie" "Il fallait absolument que je me dégage de là, poursuit la survivante. Au moment où j'ai dit à mon amie : 'Il faut que l'on s'en aille, sinon on va mourir', je voyais seulement les choses essentielles à ma survie, c'est-à-dire d'où venaient les balles, la lumière. Donc j'ai rampé tout le long jusqu'à la sortie et, après ça, ça a été un peu flou". Lydia Berkennou n'a pas été touchée mais le choc est énorme, la blessure psychique profonde. Aujourd'hui, elle souffre encore d'hypervigilance, un état d'alerte permanent.