Attentat avorté de Villejuif: la perpétuité requise contre Sid-Ahmed Ghlam

·2 min de lecture
Croquis d'audience de Sid-Ahmed Ghlam lors de son procès à Paris, le 5 octobre 2020
Croquis d'audience de Sid-Ahmed Ghlam lors de son procès à Paris, le 5 octobre 2020

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise lundi à l'encontre de l'étudiant algérien Sid-Ahmed Ghlam accusé d'avoir projeté un attentat contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) et d'avoir assassiné une jeune femme en avril 2015.

Cette peine doit être assortie d'une période de sûreté de 22 ans de réclusion et d'interdiction de séjour définitive du territoire français, a demandé l'avocate générale devant la cour d'assises spéciale de Paris.

L'étudiant algérien, décrit comme "froid" et "distant" par l'avocate générale, a accueilli sans réagir le réquisitoire du parquet.

L'avocate générale a réclamé des peines de plus de 20 ans de réclusion à l'encontre de deux autres accusés, considérés comme des "logisticiens" ayant fourni armes et matériel à Sid-Ahmed Ghlam.

Elle a ainsi demandé 30 ans de réclusion dont une période de sûreté des deux-tiers à l'encontre de Rabah Boukaouma et de 25 ans de réclusion (dont deux-tiers de sûreté) à l'encontre de Farid Brahami.

"On a toujours parlé à tort de l'attentat manqué de Villejuif. Cet attentat a fait une victime et c'était Aurélie Châtelain", a affirmé l'avocate générale.

Ayant fait allégeance au groupe Etat islamique, Sid-Ahmed Ghlam, 29 ans, projetait de commettre un attentat contre une ou deux églises de Villejuif. En chemin, il est accusé d'avoir tué une mère de famille de 32 ans probablement pour lui voler sa voiture. Il a renoncé à son attaque après s'être, selon l'accusation, accidentellement blessé à la jambe avec l'arme du crime.

Tout au long de son procès il a nié avoir eu l'intention de commettre un attentat contre des paroissiens et avoir assassiné Aurélie Châtelain.

La défense s'exprimera mardi et mercredi. le verdict est attendu jeudi.

aje/jt/nm