Attentat à Rambouillet : Jean Castex rend hommage à la policière Stéphanie Monfermé

·1 min de lecture

Un hommage national. Une cérémonie a eu lieu vendredi à Rambouillet en hommage à Stéphanie Monfermé, une fonctionnaire de police poignardée à mort il y a une semaine dans le commissariat de cette ville des Yvelines. Cet hommage a été présidé par le Premier ministre Jean Castex

"Une insulte sanglante" aux croyants. Durant la cérémonie, il a affirmé que Stéphanie Monfermé avait "été assassinée parce qu'elle était au service de la France. Il a, en outre, dénoncé l'"insulte sanglante jetée à la face de tous ceux qui croient en un dieu". Jean Castex a également souligné "l'immense effroi dans lequel nous a plongé l'ignoble crime de Rambouillet: toute mort est une mort de trop car toute attaque contre la République est une blessure inacceptable pour la communauté nationale". "Ce matin, nos sanglots forment un même glas", a ajouté le Premier ministre, en citant Aragon.

Le tueur avait un casier judiciaire vierge. Âgée de 49 ans, Stéphanie Monfermé a été tuée dans une attaque au couteau, devant le commissariat dans lequel elle travaillait. Son agresseur, un ressortissant tunisien, a été abattu par la police au moment de l'attaque. Il n'avait pas de casier judiciaire et était inconnu des services de renseignement et de la justice. Mercredi, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait affirmé que L'assaillant de Rambouillet n'était "manifestement pas détectable" notamment parce qu'"il n'était dans aucun réseau". Ce n'était manifestement pas un attentat télécommandé de l'extéri...


Lire la suite sur LeJDD