Attendre la fin des essais sur la chloroquine ? Pourquoi la question divise les médecins

LExpress.fr

Ce mot est sur toutes les lèvres aujourd'hui : la chloroquine, ou l'hydroxychloroquine sous sa forme dérivée. C'est le remède contre le coronovirus selon le professeur Didier Raoult qui l'utilise actuellement à l'IHU Méditerranée Infection à Marseille, dont il est le directeur. Une lueur d'espoir pour beaucoup. Même Donald Trump en vante les mérites, sur la base de premiers résultats, certes partiels mais prometteurs. Certains politiques testés positifs au coronavirus l'utilisent déjà pour se soigner, comme le maire LR de Nice, Christian Estrosi, ayant "le sentiment d'être guéri" - sans savoir si c'est grâce au traitement.  

Preuve de l'espoir que suscite la chloroquine, les images des longues files d'attente devant l'Institut de Didier Raoult pour être dépisté et en bénéficier en cas de maladie. Mais certains spécialistes relèvent que ses essais - réalisés auprès de 24 patients seulement - ne répondent pas à tous les critères nécessaires pour prouver son efficacité. Le Haut conseil de santé publique recommande ainsi de ne pas l'utiliser "à l'exception de formes graves, hospitalières et sur décision collégiale des médecins et sous surveillance médiale stricte, a déclaré lundi le ministre de la Santé, Olivier Véran.  

LIRE AUSSI >> Trump, Musk, Cantona... Qui soutient le professeur Didier Raoult? 

Pour l'heure, la chloroquine fait partie de l'essai clinique européen, nommé Discovery, lancé dimanche dans au moins sept pays européens, pour tester quatre traitements expérimentaux contre le coronavirus. Les premiers résultats doivent parvenir d'ici deux semaines. Mais en pleine crise sanitaire, cette fameuse molécule donne lieu à un débat médical. Presque éthique. Face à l'urgence, faut-il généraliser le traitement sans attendre les résultats des essais ? 

"Je ne comprends pas la logique de réserver pour les cas graves"

"Il faut commencer les traitements, cela ne fait aucun doute", tranche Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France, auprès de L...Lire la suite sur L'Express.fr

A la faveur de la crise du coronavirus, Pékin veut endosser le costume de leader mondial

[Coronavirus] Bravo à... Ken Group pour le lancement de sa cagnotte solidaire

Royaume-Uni : le prince Charles testé positif au coronavirus

Coronavirus : 87% des Français sont inquiets face à la crise, 64% gardent le moral