«En attendant Raïf», un documentaire sur le blogueur saoudien Raïf Badawi et sa famille

AP - Ryan Remiorz

C’est ce vendredi 4 novembre que sort sur les écrans du Québec, En attendant Raïf, un documentaire signé par deux réalisateurs sur l’histoire du blogueur saoudien Raïf Badawi et de sa famille. Son épouse, Ensaf Haidar et ses trois enfants ont trouvé refuge il y a huit ans dans la petite ville de Sherbrooke, à une heure de Montréal.

En attendant Raïf revient sur les espoirs et les déceptions de ses proches, suite à son l’emprisonnement pendant dix ans en Arabie saoudite de ce défenseur de la liberté d’expression. Au fil du documentaire, on apprend à connaître celles et ceux qui soutiennent ce prisonnier dans son combat.

Luc Côté et Patricio Henriquez, les deux réalisateurs d’En attendant Raïf se sont donnés du temps. En fait, ils ont filmé Ensaf Haidar et ses trois enfants dès leur arrivée à Sherbrooke en 2014, une ville située à une heure de Montréal, où ils ont trouvé l’asile. Saison après saison, le public suit les étapes de leur enracinement au Québec.

En filigrane, il y a les appels téléphoniques hebdomadaires du père, depuis sa prison surpeuplée de Djeddah. Des images volées le montrent aussi subissant les premiers 50 coups de fouet de sa sentence de 1000 coups, les autres finalement n’auront pas lieu étant donné son état de santé fragile.

Chaque vendredi pendant huit ans, un groupe réclame la libération du blogueur sur les marches de la mairie de Sherbrooke. À l’image de David Goudreault, un auteur québécois : « Ce soir ici se tient la 50e vigie devant l’hôtel de ville. Tous en vigie, comme toi, on tient bon, espérant te voir poindre à l’horizon. Raïf, notre hiver est moins froid que leur désert. Allez viens-t’en, on t’attend! »

La vie de Raïf Badawi et de sa famille


Lire la suite sur RFI