En attendant la démission du président sri-lankais, le pays retient son souffle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Photo Dinuya Liyanawatte Reuters.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un nouveau président sri-lankais sera élu le 20 juillet par les parlementaires, pour autant que le président actuel aura bien démissionné le 13, comme prévu, selon le site sri-lankais NewsWire. Les candidatures doivent être annoncées le 19, après une nouvelle réunion du Parlement le 15 pour préparer ce scrutin.

Après quoi, les efforts pour mettre en place un gouvernement de transition pourraient être suivis d’effet. Depuis le 11 juillet, les chefs de partis à l’Assemblée se sont réunis à plusieurs reprises dans le but de trouver une transition du pouvoir, indique le site indien The Print. Ils ont estimé “essentiel de mettre en place un gouvernement transpartisan en accord avec la Constitution et pour assurer les services essentiels”, selon la déclaration du président de l’Assemblée.

Les frères Rajapaksa bloqués à l’aéroport

Pendant ce temps, le président Gotabaya Rajapaksa, qui s’était enfui de sa résidence le 9 juillet, avant qu’elle ne soit envahie par la foule, a tenté de quitter le pays le 11 au soir pour se rendre à Dubaï. Mais les officiers d’immigration ont refusé de le laisser se rendre dans la zone VIP pour y faire tamponner son passeport, “et il ne voulait pas aller faire la queue avec tout le monde de peur d’être attaqué”, explique l’édition australienne du Guardian. En conséquence, ayant raté quatre vols pour les Émirats arabes unis, il s’est finalement retiré avec sa femme vers une base militaire à proximité, raconte le quotidien.

Le dirigeant est protégé par son immunité présidentielle, mais il est accusé d’avoir mené une politique économique désastreuse qui a précipité son pays dans le défaut de paiement et la famine. Il est également accusé de corruption, sans compter les responsabilités dans des crimes de guerre alors qu’il était ministre de la Défense du temps de la guerre civile, qui a pris fin en 2009.

Le 12 juillet, son frère Basil, ancien ministre des Finances, tentant à son tour de quitter le pays, a été empêché d’embarquer pour Dubaï après les protestations de la population.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles