Ce qui attend Thomas Pesquet à son retour sur Terre

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après six mois en orbite, Thomas Pesquet s'apprête à quitter l'apesanteur de la Station spatiale internationale pour retrouver la gravité terrestre. Amerrissage inédit, batterie de tests médicaux, programme de remise en forme: le voyage retour s'annonce intense pour l'astronaute préféré des Français.

"Splashdown"

Les quatre membres d'équipage de Crew-2 seront ramenés sur Terre par la capsule Dragon de Space X. Après sa rentrée dans l'atmosphère, le vaisseau effectuera une descente vertigineuse qui prendra fin en mer, quelque part au large de la Floride, mardi à 3H33 GMT selon les dernières informations de la NASA. Cet amerrissage est une première pour Thomas Pesquet, qui en 2017 avait atterri dans les steppes kazakhes avec le Soyouz russe.

"On va descendre 8 ou 9 mètres par seconde, c'est assez rapide et beaucoup plus fort qu'un avion qui atterrit dans l'eau", a expliqué l'astronaute sur France Inter. Une fois que la capsule aura "tapé" la surface de la mer ("splashdown" en anglais), elle flottera, et l'équipage sera récupéré au plus vite par des navires positionnés à proximité. L'arrivée risque de tanguer un peu: "On a déjà un peu le mal de mer en rentrant sur terre, donc là ça risque d'être encore pire", anticipe Thomas Pesquet.

A lire :Les derniers instants de Thomas Pesquet dans la Station spatiale

L'équipe médicale sur place a prévu les soins nécessaires pour éviter une déshydratation en cas de nausées trop importantes, précise à l'AFP Adrianos Golemis, le médecin de la mission Alpha.

Halte à Houston et vol pour l'Europe

Un hélicoptère ramènera les "Crew 2" sur la terre ferme, d'où ils prendront un avion pour le centre spatial de la Nasa à Houston (Texas). Thomas Pesquet, 43 ans, y subira de rapides tests médicaux. "On va surveiller sa tension artérielle qui risque d'être basse car en apesanteur, le sang a circulé dans un sens différent", explique le Dr Golemis. Il subira aussi des examens neurologiques: son corps ayant flotté six mois durant, son système d'équilibre devra se réhabituer à la gravité, et(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles