Atteinte sexuelle ou viol de Julie par des pompiers : la Cour de cassation rendra sa décision le 17 mars

Gaële Joly
·1 min de lecture

La Cour de cassation a clos le débat ce mercredi en fin de matinée et rendra sa décision le 17 mars prochain, dans l’affaire de violences sexuelles qui oppose Julie à 20 pompiers de Paris. Elle les accuse de l’avoir violée quand elle avait entre 13 et 15 ans. À deux reprises, la justice a requalifié les faits en "atteinte sexuelle" et seuls trois pompiers ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel, évoquant le consentement de la jeune fille, adolescente au moment des faits. Julie souhaite que ses agresseurs soient jugés pour viol.

L’avocate générale a réclamé la cassation. Elle estime qu’avoir moins de 15 ans est en soit un motif de vulnérabilité. "On peut avoir consenti sans avoir le discernement pour", a-t-elle déclaré. Pour Me Guillaume Valdelièvre, avocat de deux des trois pompiers, interrogé par franceinfo, "il y a des exigences de qualifications pénales, des règles de l’état de droit qui permettent que chacun puisse être jugé en regard de la réalité et des faits et de leur exacte qualification pénale. Empêcher cela et essayer de forcer des qualifications pénales, c’est exposer tout à chacun à un certain arbitraire", assure l’avocat de pompiers qui risquent 10 ans de prison.

Prêts à aller devant la Cour européenne des droits de l'Homme

Du côté de la défense de Julie, Lorraine Questiaux affirme au micro de franceinfo qu'"en matière de violences sexuelles, il faut quasiment contraindre l’institution judiciaire à protéger les victimes et à poursuivre pour viol. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi