Atteinte sexuelle, viol, consentement : que dit la loi?

"Comment admettre qu'on a été abusé, quand on ne peut nier avoir été consentant?" : en décrivant dans un livre la relation sous emprise qu'elle a eue à 14 ans avec l'écrivain Gabriel Matzneff, Vanessa Springora relance le débat sur un âge minimal de consentement aux relations sexuelles. Plusieurs termes reviennent avec cette affaire. Pédocriminalité et pédophilie, atteinte ou agression, sexuelle, viol... Que dit la loi pour chacun de ces actes? Glossaire. 

Lire aussi - Poursuites judiciaires, retrait de ses livres... pourquoi Gabriel Matzneff ne risque rien (dans l'immédiat)

Pédocriminalité et pédophilie

Dans sa définition de la pédocriminalité, l'organisation internationale de police Interpol donne comme principaux exemples l'abus et l'exploitation sexuels des enfants, mais aussi la traite ou le travail forcé de mineurs. Le "crime pédophile" n'existe pas à proprement parler dans le Code pénal français, mais commettre un viol ou une agression sexuelle sur un ­mineur de moins de 15 ans ­constitue une circonstance aggravante.

Atteinte sexuelle et viol

Si une relation sexuelle entre un adulte et un adolescent de 15 ans et plus n'est pas répréhensible à condition qu'elle soit consentie et que l'adulte en question ne soit pas un ascendant ou une personne abusant de l'autorité que lui confèrent ses fonctions (enseignant, moniteur…), toute relation sexuelle entre un adulte et un ­enfant jusqu'à ­l'anniversaire de ses 15 ans peut être réprimée par la loi.

Si le mineur est consentant ...
Lire la suite sur LeJDD