Atteinte aux policiers : Dupond-Moretti réclame « fermeté et célérité »

·1 min de lecture
Le ministre de la Justice donne des consignes de fermeté aux procureurs.
Le ministre de la Justice donne des consignes de fermeté aux procureurs.

« Les événements récents ont rappelé à quel point les forces de l'ordre [...] peuvent faire l'objet de violences très graves du seul fait de leur qualité », énonce le garde des Sceaux dans sa circulaire aux procureurs généraux et aux procureurs de la République. Si Stéphanie Monfermé, agent administratif au commissariat de Rambouillet, a bien été tuée car elle était considérée comme une fonctionnaire de police par son assassin, l'enquête diligentée à Avignon, après le meurtre du brigadier Éric Masson, n'a pas démontré à ce stade qu'il avait été ciblé en sa qualité de policier.

Peu importe, pour répondre aux accusations de laxisme, le ministre de la Justice donne des consignes de fermeté aux procureurs : « Les faits les plus graves, dont notamment les violences, commis à l'encontre des forces de sécurité intérieure, doivent systématiquement faire l'objet d'un défèrement aux fins de comparution immédiate ou à délai différé ou, le cas échéant, de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. » Le titulaire de la Place Vendôme souhaite mettre en ?uvre une politique pénale « empreinte de fermeté, de célérité et de visibilité » pour protéger les policiers.

Évolutions législatives à venir

Après le rassemblement de l'ensemble des syndicats de police du 19 mai, en présence notamment de Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, le syndicat Alliance-Police nationale avait mis en scène la mansuétude de l'institution judiciaire envers les agresseurs ou assassin [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles