Publicité

Des attaques nocturnes russes tuent deux civils en Ukraine

Des pompiers dans les décombres d'un bâtiment détruit par une frappe russe à Donetsk, le 29 janvier 2024 en Ukraine (STRINGER)
Des pompiers dans les décombres d'un bâtiment détruit par une frappe russe à Donetsk, le 29 janvier 2024 en Ukraine (STRINGER)

Au moins deux civils ont été tués dans la nuit en Ukraine dans des attaques aériennes et d'artillerie menées par la Russie, qui a pour sa part été visée par une vingtaine de drones ukrainiens.

L'armée de l'air ukrainienne a indiqué n'avoir abattu que 15 des 35 drones explosifs russes et aucun des deux missiles ayant visé le nord, l'est, le centre et le sud du pays.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui demande à ses alliés plus de moyens pour sa défense antiaérienne, a souligné que depuis le début de l'année, "la Russie a lancé plus de 330 missiles de différents types et environ 600 drones d'attaques sur les villes ukrainiennes".

Le ministère russe de la Défense a lui affirmé avoir détruit dans la nuit de lundi à mardi 21 drones ukrainiens au-dessus de la péninsule annexée de Crimée et des régions de Belgorod, Briansk, Kalouga et Toula, sans faire état ni de dégâts ni de victimes.

En Ukraine, les drones ont été abattus au-dessus de régions du sud, du centre et du nord du pays.

La Russie a aussi essayé de "frapper des infrastructures énergétiques et de carburant, des sites civils et militaires" près de la ligne de front, a ajouté l'armée de l'air ukrainienne sans détailler les dégâts causés par la vingtaine de drones qui n'ont pas été abattus.

L'Ukraine a également indiqué que deux missiles S-300 avaient été tirés contre la région de Donetsk (est) faisant, selon les autorités locales, au moins un mort à Myrnograd.

"Une femme de 38 ans a été tuée dans l'attaque alors qu'elle rentrait à la maison depuis son travail en vélo. Une femme de 50 ans a été blessée", a indiqué le parquet de Donetsk.

Dans la région méridionale de Kherson, divisée par le front et partiellement occupée, un homme a été tué et sa femme blessée dans la nuit par des tirs d'artillerie russes sur le village de Bilozerska, a indiqué le parquet régional.

A Mykolaïv (sud), un camion transportant des graines de tournesol a pris feu après la chute de débris d'un drone russe abattu, blessant le chauffeur, selon le ministère ukrainien de l'Intérieur.

Dans la région de Kharkiv (est), deux hommes de 52 et 61 ans ont été blessés dans une attaque de drone, selon le gouverneur Oleg Synegoubov.

L'Ukraine est confrontée presque toutes les nuits à des attaques aériennes, subissant parfois des dizaines de tirs de missiles et de drones visant des centres urbains.

Depuis des mois, les forces ukrainiennes répliquent en lançant leurs propres drones et missiles contre la Russie, faisant parfois aussi des morts parmi les civils. La région russe frontalière de Belgorod est particulièrement visée.

Mais l'Ukraine a surtout besoin de davantage de munitions et d'armements pour sa défense antiaérienne.

"Pour résister à cette pression terroriste, un bouclier aérien solide est nécessaire, et c'est ce type de bouclier que nous construisons avec nos partenaires", a insisté mardi encore le président Zelensky, dont le pays vise la maîtrise des airs en 2024.

Mais aux Etats-Unis, principal soutien de l'Ukraine, la poursuite de l'aide est en question du fait de la bataille politique interne qui oppose les démocrates aux républicains à l'approche de la présidentielle prévue en novembre.

L'Union européenne (UE) doit, elle, se réunir en sommet jeudi pour trouver une solution à son propre blocage interne sur la question, un veto de la Hongrie, seul membre de l'UE à maintenir des liens étroits avec Moscou et qui paralyse pour le moment l'assistance à l'Ukraine.

Dans ce contexte tendu, les ministres des Affaires étrangères ukrainien et hongrois se sont rencontrés lundi dans l'ouest de l'Ukraine pour tenter d'apaiser les tensions.

Après six heures de négociations, le ministre ukrainien Dmytro Kouleba s'est félicité d'un dialogue "constructif" avec son homologue Peter Szijjarto, venu en Ukraine pour la première fois depuis le début de l'invasion russe, en février 2022.

Après l'échec de leur contre-offensive estivale, les forces ukrainiennes sont sous la pression des Russes sur plusieurs parties du front. L'armée russe multiplie notamment les assauts sur Avdiïvka, dans l'Est. Mardi, une femme de 47 ans y a été tuée dans un bombardement, selon les autorités locales.

bur-alf/ref