Attaque dans un Thalys : les propos confus d'Ayoub El Kahzzani en garde à vue

Un homme lourdement armé a ouvert le feu vendredi 21 août dans l'après-midi à bord d'un train Thalys qui circulait dans le nord de la France, blessant grièvement deux personnes avant d'être maîtrisé par des passagers, dont deux militaires américains. Ayoub El Kahzzani, le tireur présumé, a été placé en garde à vue.

Selon nos informations, il aurait tenu des propos confus aux enquêteurs. Hier, il aurait expliqué notamment avoir trouvé les armes et qu'il avait simplement voulu tester leur fonctionnement dans les toilettes du train. Il nie avoir eu l'intention de commettre une attaque terroriste. Ce samedi, il aurait cette fois-ci plaidé pour un crime crapuleux. Il souhaitait, selon ses dires, détroussés les passagers du train sans leur faire de mal.

Connu des services de police

D'origine marocaine, il est âgé de 26 ans et aurait des attaches en Espagne dans la ville d'Algésiras. Selon nos informations, les services de renseignement espagnols auraient envoyé à leurs homologues français une fiche de renseignement dans laquelle le suspect est décrit comme connu pour appartenir à la mouvance islamiste radicale.

Il faisait donc l'objet d'une fiche dite "S". Elle vise les personnes ayant notamment des liens avec le terrorisme mais qui ne sont pas obligatoirement surveillées.

Selon un source proche de l'enquête, les autorités belges cherchent à savoir si le suspect avait un lien avec la cellule terroriste de Verviers. Le 15 janvier dernier, la police fédérale belge avait fait irruption dans une habitation de cette ville en vue d'y démanteler une cellule terroriste. Composée de combattants revenus de Syrie, la cellule était soupçonnée de préparer des attentats contre des services de police de ce pays. Deux suspects, qui avaient ouvert le feu sur les agents, ont perdu la vie lors de l'assaut.

Lourdement armé

Ayoub El Kahzzani avait "plusieurs armes à feu dans ses bagages" dont un fusil d'assaut kalachnikov. Il transportait également un pistolet automatique et neuf chargeurs, ainsi qu'un cutter.

Le parquet antiterroriste a été chargé de l'enquête.

554 passagers à bord

Le train transportait 554 passagers. Ce sont des militaires américains qui ont maîtrisé le tireur présumé, alors qu'il était aux toilettes pour recharger son arme. C'est le bruit qui les a intrigués et les a poussés à intervenir.

Sans leur intervention, un massacre aurait sans doute été perpétré. A Washington, le président Barack Obama a salué "le courage et la rapidité d'esprit des passagers". "Il est évident que leurs actes héroïques ont peut-être évité une tragédie bien pire", a poursuivi la Maison blanche.

La France sous tension

Depuis les attentats de janvier à Paris qui ont fait 17 morts au siège de Charlie Hebdo et dans une épicerie casher de la porte de Vincennes, un dispositif de sécurité renforcée a été mis en place en France. Retour sur le plan vigipirate en vigueur actuellement en France.

 

Plusieurs attentats ont été déjoués depuis sur le territoire comme en juillet contre des militaires français. En juin, un islamiste présumé a décapité son patron et tenté de faire exploser une usine chimique à Saint-Quentin Fallavier, dans l'Isère.