Attaque en Syrie : "Tous les grands acteurs sont embarrassés parce qu'ils sont mis au pied du mur"

franceinfo
Attaque en Syrie : "Tous les grands acteurs sont embarrassés parce qu'ils sont mis au pied du mur"

Les condamnations sont unanimes après l'attaque en Syrie qui a fait plus de 70 morts, mardi 4 avril. L'ONU veut enquêter mais cela semble "compliqué", a estimé David Rigoulet-Roze, enseignant et chercheur à l'Institut Français d'Analyse Stratégique (IFAS). Selon lui, le régime syrien semble persuadé que "rien ne peut l'ébranler".

franceinfo : L'ONU veut enquêter. Comment va-t-elle faire ? Bachar Al-Assad va-t-il laisser l'organisation enquêter si facilement ?

David Rigoulet-Roze : C'est tout le problème. La résolution 2235 du 7 août 2015 qui instaure un mécanisme d'enquête conjoint OIAC/ONU et permet de lancer des enquêtes pour vérifier, identifier les donneurs d'ordre éventuels. Le problème est la politique d'obstruction systématique du régime qui bloque l'accès à certaines informations, comme les plans de vols des avions. C'est toute la difficulté de la situation.

Selon vous, s'agit-il de gaz sarin ?

Il faut attendre la confirmation des spécialistes mais les symptômes cliniques renverraient vers un neurotoxique de type sarin. Ce qui pose la question de l'origine du stock. Normalement, dans le cadre du désarmement chimique qui a été entériné le 14 octobre 2013, avec la ratification par le régime de Damas de la convention sur l'interdiction des armes chimiques, la quasi-totalité du stock syrien a été neutralisé. Mais le régime a visiblement conservé un reliquat de ce dont il disposait. S'il est à l'origine de cette attaque, cela veut dire qu'il y a un sentiment d'impunité qui prévaut, associé à la certitude que rien ne peut l'ébranler.

Moscou est-il embarrassé par la situation ?

Moscou est embarrassé, mais aussi le président Trump. Il avait, dans un premier temps, évoqué le caractère répréhensible de l'opération. Tous les grands acteurs sont très embarrassés parce qu'ils sont mis au pied du mur. Le régime se sent quasiment intouchable. Envisager des sanctions a (...) Lire la suite sur Francetv info

VIDEO. Hollande sur l'attaque chimique en Syrie : "Envoyer des bonbonnes de gaz sur des populations, c'est un crime de guerre"
Syrie : les condamnations de l’Union européenne
Syrie : une réunion du conseil de sécurité suite à une attaque chimique
Syrie : qui est l'auteur de l'attaque chimique ?
Attaque chimique : le régime syrien accusé

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages