Attaque meurtrière à Moscou: un deuil national en Russie, et des questions

La Russie observait, ce dimanche 24 mars, une journée de deuil après le massacre survenu vendredi dans une salle de concert près de la capitale et qui a fait au moins 137 morts selon un dernier bilan officiel. Les Moscovites continuent d'affluer au mémorial près du Crocus City Hall, et les files d'attente pour donner son sang s'étendent, parfois près d'une heure d'attente sous la pluie.

De notre correspondante à Moscou,

« Vous pouvez prendre un bus dans cinq minutes pour aller dans un autre centre de don du sang. » Au haut-parleur, une bénévole passe le message le long d'une file d'attente devant un hôpital à l'ouest de Moscou. À cette foule qui attend ce dimanche matin dans le silence, certains offrent des capes de pluies pour se protéger des averses de printemps, d'autres aident à remplir un formulaire.

Juste devant l'entrée, deux frères debout s'affairent derrière une table, avec des gâteaux, des gobelets et de l'eau, qui chauffe en permanence pour offrir du thé et du café. « Je suis venu donner du sang hier, dit l'un d'eux. J'ai fait la queue, puis on m'a dit que ça aller fermer. Il faisait déjà mauvais temps, les gens étaient debout sous la pluie, à avoir froid. Comme je travaille dans la restauration, je me suis dit que j'avais tout ce qu'il fallait, une bouilloire et tout le reste. Alors ce matin, j'ai chargé ma voiture, j'ai apporté mes marchandises à l'hôpital, j'ai demandé qui était l'administrateur et je lui ai dit que j'avais apporté du thé, du café, etc. »