Fourgon pénitentiaire attaqué dans l'Eure : deux agents tués, un détenu en fuite

Deux agents de la pénitentiaire ont été tués et trois autres blessés grièvement mardi matin dans l'attaque au péage d'Incarville de leur fourgon qui transportait entre Rouen et Evreux un détenu, qui a pris la fuite. Cette attaque meurtrière a suscité l'émoi jusqu'au sommet de l'État, le président Emmanuel Macron évoquant "un choc pour nous tous".

Deux agents de la pénitentiaire ont été tués et trois autres blessés grièvement, mardi 14 mai, au péage d'Incarville (Eure) lors de l'attaque à l'arme lourde de leur fourgon qui transportait, entre Rouen et Evreux, un trafiquant de stupéfiants qui s'est évadé.

"L’attaque de ce matin, qui a coûté la vie à des agents de l'Administration pénitentiaire, est un choc pour nous tous (...) Nous serons intraitables", a réagi sur X le président Emmanuel Macron.

Le ton grave, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, qui s'est rendu en fin de journée à Caen pour rencontrer les collègues et les familles des victimes, a qualifié cette attaque de "drame absolu". Les agents ont été "abattus comme des chiens", a-t-il dit, "par des hommes pour qui la vie ne pèse rien". "Qu'ils soient châtiés à la hauteur de ce qu'ils ont commis." "La nation est en deuil, la République est attaquée", a conclu le ministre.

Cette attaque a suscité un profond émoi dans le milieu pénitentiaire. L'intersyndicale de l'Administration pénitentiaire a appelé mardi soir à un "blocage" des prisons mercredi. Une action a ainsi débuté, mercredi 15 mai, devant la maison d'arrêt de Rouen.


Lire la suite sur FRANCE 24