Publicité

Non, cette attaque d'un commissariat de police n'a pas été commise par des migrants à Marseille

Une vidéo montrant des hommes présentés comme des migrants attaquant un commissariat de police à Marseille circule sur les réseaux sociaux depuis le 18 mars 2024. Il s'agit en effet de l'attaque d'un commissariat, mais à La Courneuve, en région parisienne, et non à Marseille, et ses auteurs sont de jeunes habitants de la ville, et non des migrants. Cette attaque est survenue quelques jours après la mort de l'un d'entre eux, dans une course-poursuite avec la police.

"Des migrants attaquent un commissariat de police français avec des bombes incendiaires artisanales", commente l'auteur de cette publication sur X le 18 mars accompagnant une vidéo prise de nuit où l'on voit des individus lancer des projectiles enflammés et des mortiers de feux d'artifice sur la façade d'un bâtiment.

Cette vidéo, accompagnée de commentaires semblables, circule également depuis cette date en français sur Facebook, mais aussi sur X en anglais, en russe, en allemand, en espagnol et en italien. On la retrouve également sur des sites web canadien et azerbaïdjanais. Certains de ces contenus précisent même qu'il s'agirait de "migrants musulmans".

Le commissariat de police de La Courneuve, et non de Marseille

Or, aucun média ne rapporte une telle attaque à Marseille autour de la date de publication de ces vidéos.

En effectuant une recherche Google avec les mots-clés "attaque commissariat", on retrouve cette vidéo (lien archivé ici) publiée par Le Parisien, dont certaines images donnent à voir les mêmes lieux et les mêmes actions que celles observées sur les vidéos citées plus haut, et qui rapporte l'attaque d'un commissariat de police à La Courneuve, ville de Seine-Saint-Denis située à quelques kilomètres de Paris, le dimanche 17 mars.

Une vérification effectuée sur Google Street View permet d'établir avec certitude qu'il s'agit du commissariat de police de La Courneuve. Sur les photos ci-dessous, on observe que le bâtiment du commissariat tel qu'il apparaît sur Google Street View est identique à l'édifice visé par les tirs de mortier d'artifice sur les vidéos.

<span>Captures d'écran prises sur X et Google Street View le 22 mars 2024</span>
Captures d'écran prises sur X et Google Street View le 22 mars 2024

D'après des voisins rencontrés par l'AFP, l'attaque du commissariat a duré un peu plus d'une heure. Selon le récit de Mélissa, habitante du quartier, "vers 23h00, des jeunes ont lancé, je pense, des pétards". "Ils ont visé le commissariat", explique la jeune fille du quartier Marcel-Paul, sous couvert d'anonymat.

D'autres images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des groupes de personnes tirant des mortiers d'artifice à profusion sur la façade du poste de police.

De jeunes habitants de La Courneuve, et non des migrants

Cette attaque est une réaction de jeunes de La Courneuve à la mort d'un des leurs, Wanys R., à la suite d'une course-poursuite avec la police à Aubervilliers le 13 mars. Il ne s'agit pas de personnes migrantes, comme le prétendent les légendes des vidéos décontextualisées.

Interrogée par Le Parisien le lendemain, une riveraine installée à La Courneuve depuis peu témoigne : "Pendant une semaine, j’ai vu des groupes de jeunes sous ma fenêtre. J’ai appris très fortuitement que le jeune homme décédé était mon voisin, qu’il habitait juste en face de chez moi. Je voyais quelques personnes qui pleuraient, mais c’est tout. Le seul incident dont j’ai été témoin, c’est hier soir" (lien archivé ici).

"On peut faire un lien entre cette attaque du commissariat et le décès" car "manifestement les jeunes provenaient du quartier dont il est originaire", a confirmé le préfet de police de Paris Laurent Nuñez sur BFMTV le 18 mars.

Neuf personnes ont été interpellées après l'attaque. Six, dont deux mineures, sont renvoyées devant le tribunal et les autres ont été libérées sans poursuite, a-t-on appris le 21 mars auprès du parquet de Bobigny.

Ce n'est pas la première fois qu'une vidéo montrant des scènes de violence contre les forces de l'ordre en Europe est sortie de son contexte pour s'inscrire dans un discours hostile à l'immigration. L'AFP Factuel avait déjà vérifié une vidéo de violences contre les forces de l'ordre décontextualisée, prétendant montrer des migrants attaquer des policiers sur l'île italienne de Lampedusa en septembre 2023, lieu d'arrivée de milliers de migrants quittant les côtes nord-africaines.

Les flux d'immigration en provenance d'Afrique ou du Moyen-Orient vers l'Europe sont un enjeu politique de plus en plus important dans de nombreux pays européens. Les partis favorables à des mesures drastiques contre ces entrées irrégulières tendent à progresser dans les urnes, comme le Rassemblement national en France, la Ligue de Matteo Salvini et Fratelli d'Italia de la présidente du Conseil Giorgia Meloni en Italie, Vox en Espagne, ou encore l'AfD en Allemagne.