Attaque devant les ex-locaux de "Charlie Hebdo" : quatre Pakistanais mis en examen et incarcérés

·2 min de lecture

Quatre hommes âgés de 17 à 21 ans ont été mis en examen et incarcérés vendredi dans l'enquête sur l'attaque au hachoir près des anciens locaux de «Charlie Hebdo» en septembre. 

Quatre jeunes Pakistanais ont été mis en examen et incarcérés dans l'enquête sur l'attaque au hachoir perpétrée par un de leurs compatriotes fin septembre près des anciens locaux de «Charlie Hebdo» à Paris, a appris l'AFP vendredi auprès du parquet national antiterroriste. Trois d'entre eux ont été mis en examen vendredi pour «association de malfaiteurs terroriste» criminelle et placés en détention provisoire. Le quatrième, qui avait déjà été entendu par les policiers, avait été mis en examen et incarcéré dès mercredi pour les mêmes faits.

Ces quatre hommes, qui seraient âgés de 17 à 21 ans, étaient en contact avec l'assaillant, a précisé une source proche du dossier. Ils sont soupçonnés d'avoir été informés de son projet et d'avoir pu l'inciter à passer à l'acte, selon une autre source proche de l'enquête.

Des messages échangés sur TikTok

Deux ont été arrêtés en Gironde, un troisième à Caen et le dernier en région parisienne. «Ils partagent son idéologie et l'un d'entre eux a exprimé sa haine de la France quelques jours avant l'action», a précisé l'une des sources proches. Une autre source proche de l'enquête a mentionné «de nombreux messages publiés et échangés sur TikTok», réseau social prisé par les jeunes générations, dans lesquels les suspects exprimaient leur colère contre les caricatures de Mahomet et «glorifiaient» l'attaque perpétrée par leur compatriote.

Le 25 septembre, Zaheer Hassan Mahmoud, 25 ans, avait grièvement blessé au hachoir deux personnes devant les ex-locaux du journal satirique «Charlie Hebdo». Interpellé peu après, il avait déclaré aux enquêteurs avoir regardé avant l'attaque des «vidéos en provenance du Pakistan» concernant la republication début septembre par «Charlie Hebdo» des caricatures(...)


Lire la suite sur Paris Match