Attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure : Armes, blindage, escortes… Ce que réclament les agents

sécurité - La violente attaque d’un fourgon dans l’Eure, mardi, a réveillé de nombreuses revendications de la part des agents pénitentiaires. Qui poursuivent leur mouvement de contestation partout en France afin d’obtenir gain de cause

« Exécution. » Sur les piquets de grève devant les prisons, le mot revient dans la bouche de nombreux agents pénitentiaires depuis mardi. Depuis qu’ils ont vu la vidéo de l’attaque du fourgon dans l’Eure qui a coûté la vie à deux des leurs et en a blessé trois autres. La scène est aussi brève que violente : un commando fonce avec une voiture bélier sur le camion sérigraphié, qu’un commando masqué prend ensuite d’assaut avec des armes lourdes. Le détenu désormais en fuite, Mohamed Amra, est extrait en quelques dizaines de secondes.

« Ils n’avaient aucune chance », regrette Romain Schoerlin, délégué du syndicat pénitentiaire SPS, lui aussi en fonction dans un pôle de rattachement des extractions judiciaires (Prej). « On le voit, ils ont tiré sans sommation. Les collègues ne sont pas des Rambo. » Mais auraient-ils pu être mieux protégés ? L’intersyndicale l’a clairement fait comprendre dès le soir du drame en réclamant « des équipements et du matériel mieux adaptés ».

« On n’a pas les fourgons des convoyeurs de fonds »

En Normandie, les cinq agents, trois dans le fourgon et deux dans la voiture derrière, étaient en théorie tous dotés d’un gilet pare-balles, d’un (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure : Futur papa, quinqua… Qui sont les victimes ?
Attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure: Les liaisons dangereuses de Mohamed Amra avec le narcotrafic marseillais
Attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure : Pourquoi la cavale de Mohamed Amra risque d’être très compliquée ?