Attaque sur les Champs-Elysées : il y a "des individus dangereux qui ne sont pas fichés S, ce qui augmente encore l'inquiétude"

franceinfo
Attaque sur les Champs-Elysées : il y a "des individus dangereux qui ne sont pas fichés S, ce qui augmente encore l'inquiétude"

Au lendemain d'un rassemblement de policiers au Trocadéro et avant l'hommage officiel qui sera rendu la semaine prochaine par la mairie de Paris, une autre manifestation est organisée samedi 22 avril sur le Champ de Mars, près de la Tour Eiffel, en hommage à Xavier Jugele, policier de 37 ans assassiné jeudi soir sur les Champs-Elysées.

Invité sur fraceinfo, Thibault de Montbrial, avocat et président du Centre de réflexion sur la sécurité intérieure, s'est interrogé sur l'absence de "mesure d'assignation à résidence prise à l'encontre" de Karim Cheurfi, l'auteur de l'attaque. "S'il avait été fiché S, il aurait été vraisemblablement assigné à résidence", a-t-il avancé. Tout cela montre, selon Thibault de Montbrial, qu'"il peut y avoir des individus extrêmement dangereux qui ne sont pas fichés S et c'est ce qui augmente encore l'inquiétude".

franceinfo : Karim Cheurfi avait été placé en garde à vue en février sur la base de renseignements selon lesquels il projetait de s'en prendre à des membres des forces de l'ordre, mais relâché faute de preuves. Y a-t-il eu, selon vous, des manquements dans son suivi ?

Thibault de Montbrial : La première question que l'on peut se poser, c'est de savoir pourquoi dans le cadre de l'état d'urgence il n'y a pas eu de mesure d'assignation à résidence. Si les éléments de renseignement sont suffisants pour inquiéter, l'état d'urgence permet cette assignation à résidence.

Quand il y a des éléments qui permettent de penser qu'il veut s'en prendre à des policiers, et qu'il l'a déjà fait en 2001, c'est vrai qu'on aurait pu prendre des précautions supplémentaires.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages