Attaque au gaz sarin en Syrie : le scénario se précise

Libération.fr

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques juge «irréfutable» le recours à une substance neurotoxique qui a fait 87 morts le 4 avril. Et de nombreux indices désignent le régime d’Al-Assad comme l’auteur du crime.

Les symptômes - pupilles fixes et rétrécies, asphyxies, convulsions - ne laissaient guère de doutes. Les habitants de Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest de la Syrie, semblaient bien avoir été victimes d’une attaque chimique le 4 avril. Mercredi, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) l’a confirmé : du sarin, ou un agent similaire, a bien été utilisé ce jour-là. «Les résultats d’analyses déjà obtenus sont irréfutables», a déclaré Ahmet Uzumcu, directeur de l’OIAC. L’attaque a fait 87 morts, dont 31 enfants, et plus de 500 blessés. Les enquêteurs de l’organisation se sont basés sur les autopsies de trois personnes et sur l’examen de sept blessés. Les analyses ont été confiées à quatre laboratoires spécialisés. Toutes ont montré la présence d’un agent neurotoxique. Le ministère turc de la Santé, qui avait effectué ses propres tests juste après l’attaque, était parvenu à la même conclusion. L’OIAC, à laquelle adhèrent 192 pays, dont la Syrie, n’a pas désigné qui était responsable de l’attaque du 4 avril. Cela ne figurait pas dans sa mission. C’est le groupe dit JIM (Mécanisme d’investigation conjoint) qui s’en chargera. Formé d’experts de l’OIAC et de l’ONU, il a déjà rendu plusieurs rapports sur des attaques chimiques en Syrie et conclu à l’utilisation de chlore à trois reprises par le régime de Bachar al-Assad. L’Etat islamique a, lui, été désigné comme responsable d’une attaque au gaz moutarde contre Marea, une ville contrôlée par la rébellion.

Bombardement. Les pays occidentaux en sont persuadés : le régime syrien est responsable du bombardement de Khan Cheikhoun. Le sarin, stocké sous forme de précurseurs qu’il faut mélanger, ne peut pas être manipulé de manière artisanale et semble hors de portée des groupes rebelles et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Panama Papers : le Premier ministre pakistanais en sursis
Accusations de harcèlement sexuel, Bill O’Reilly renvoyé de Fox News
Vingt-neuf tortues des Galapagos, la plus grande espèce au monde mais en danger d’extinction, ont été récupérées dans le nord du Pérou
Venezuela Trois morts dans les manifs anti-Maduro
Ukraine Douches froides à Marioupol

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages