Attaque au couteau à Paris: le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov estime que "toute la responsabilité" revient à la France

Le HuffPost avec AFP
1 / 2

Attaque au couteau à Paris: le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov estime que "toute la responsabilité" revient à la France

Attaque au couteau à Paris: le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov estime que "toute la responsabilité" revient à la France (photo d'illustration prise le 4 septembre 2017)

TERRORISME - " Toute la responsabilité" de l'attaque au couteau ayant visé des passants samedi 12 mai au soir à Paris revient à la France, a affirmé le lendemain Ramzan Kadyrov, le dirigeant de la Tchétchénie, une république russe du Caucase d'où était originaire l'assaillant présumé. Selon Kadyrov, l'auteur présumé de cette attaque, revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique, est un certain Hassan Azimov, un jeune homme originaire de Tchétchénie qui a obtenu un passeport russe à l'âge de 14 ans avant d'avoir la nationalité française à l'âge de 20 ans.

"Sachant cela, je considère important de faire remarquer que toute la responsabilité pour le fait qu'Hassan Azimov (c'est ainsi que Kadyrov l'a nommé ndlr) d'emprunter la voie de la criminalité revient entièrement aux autorités françaises", a déclaré Kadyrov sur la messagerie Telegram.

"Le sort d'Hassan aurait été différent"

"Il n'a fait que naître en Tchétchénie, mais il a grandi et a formé sa personnalité, ses opinons et ses convictions au sein de la société française", a poursuivi Kadyrov. "Je suis sûr que s'il avait passé son enfance et son adolescence en Tchétchénie, le sort d'Hassan aurait été différent", a-t-il ajouté. L'attaque au couteau à Paris, qui a coûté la vie à un passant, a été perpétrée par un Français de 20 ans né en Tchétchénie et connu des services du renseignement français dont les parents ont été placés dimanche en garde à vue.

Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996), la rébellion séparatiste s'est progressivement islamisée et s'est étendue au-delà des frontières de cette république russe pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord. Fin juin 2015, la rébellion armée islamiste dans le Caucase russe a prêté allégeance à l'organisation État islamique dont elle reste une source importante de combattants dans les rangs des jihadistes en Syrie et en Irak. Ramzan Kadyrov, un fidèle soutien du président...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages