Attaque au couteau à Nice: le profil de l'assaillant se précise

Hugo Septier
·2 min de lecture
Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard - BFMTV
Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard - BFMTV

Quelques heures après l'attaque qui a fait 3 morts dans une église de Nice, le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a pris la parole ce jeudi soir pour faire le point. Lors d'une conférence de presse, il a donné plusieurs éléments éclairant le profil de l'assaillant, ainsi que son parcours avant son arrivée à Nice.

Arrivé à Lampedusa le 20 septembre

Dans un premier temps, Jean-François Ricard a confirmé que l'auteur des faits possédait un document de la Croix-Rouge italienne sur lequel était indiquée une date de naissance, 1999, ainsi que la nationalité tunisienne.

"Il ressort des investigations que cette identité est bien celle de l’auteur", a-t-il précisé, soulignant que le vingtenaire est "inconnu au fichier national des empreintes digitales et également inconnu des services de renseignements."

Puis, le procureur a détaillé les derniers jours de l'assaillant, depuis son entrée en Union européenne jusqu'à son arrivée à Nice.

"Il était entré en Italie via Lampedusa le 20 septembre dernier. Dans un second temps, il a débarqué à Bari le 9 octobre. L’enquête se poursuit afin de préciser les éventuelles complicités dont il a pu bénéficier", a-t-il ajouté.

Un coran et deux téléphones en sa possession

Jean-François Ricard a également détaillé les effets personnels découverts après l'arrestation du jeune homme, toujours hospitalisé, et dont le pronostic vital est engagé. En sa possession, "un coran et deux téléphones" ont été retrouvés.

Puis, "dans un sac déposé dans la basilique, deux couteaux non utilisés ont été découverts."

Une enquête en cours

En guise de conclusion, le procureur a également tenu à partager "ses plus sincères pensées" aux familles et proches des victimes, tout en assurant que les investigations se poursuivaient à l'heure actuelle. L'enquête a été ouverte notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste".

"De nombreuses investigations sont en cours pour déterminer le déroulement du périple meurtrier ainsi que tous les éléments en lien avec ce dernier. Je me refuse à dévoiler tout élément de nature à entraver l’enquête", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com