Attaque au couteau à Nice : une minute de silence à l’Assemblée Nationale

Le président de l’Assemblée Nationale, Richard Ferrand, a été informé en pleine séance par le Premier ministre Jean Castex, de l’attaque meurtrière survenue jeudi 29 octobre à Nice (Alpes-Maritimes). Il a aussitôt demandé à l’hémicycle d’observer une minute de silence. Jean Castex, lui, a quitté les lieux afin de se rendre place Beauvau, à la cellule interministérielle de crise. "On a tué des gens qui priaient" "C’est naturellement un sentiment d’immense émotion qui m’étreint à l’instant", a indiqué Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes. "On a tué des gens qui priaient, qui ne faisaient rien d’autre que ça, a déclare Jean-Luc Mélenchon. Si bien qu'il parait aussi nécessaire que chacun garde son sang-froid". Olivier Faure, premier secrétaire du PS, a invité chacun à rester "rassemblé, uni". Marine Le Pen parle de son côté "d’actes de guerre menés sur la base d’une idéologie", et demande ainsi "des législations de guerre".