Attaque à Vienne : l'Autriche est-elle devenue une cible pour les terroristes ?

En 2019, un attentat contre un marché de Noël avait été évité à Vienne. La cathédrale de la ville était également visée. Les suspects arrêtés, trois Tchétchènes revendiquaient leur appartenance à l'État islamique. Le projet avait été déjoué alors qu'un an plus tôt, le gouvernement autrichien s'était engagé à lutter contre la radicalisation. 40 imams avaient été menacés d'expulsion et sept mosquées jugées extrémistes avaient été fermées. Sebastian Kurz, le chancelier fédéral, tenait alors à afficher sa fermeté. Une menace principalement intérieure Pour les spécialistes, la menace terroriste en Autriche est avant tout intérieure. "L'Autriche a vu une centaine de ses ressortissants rejoindre les rangs de l'État islamique. Pour une population de neuf millions d'habitants, voire un peu moins, c'est énorme. On est dans un ratio extrêmement important", affirme Mohamed Sifaoui, spécialiste de l'islam radical. Vendredi dernier, 30 à 50 jeunes Turcs avaient vandalisé une église dans la banlieue de Vienne. Un acte qu'avait condamné Sebastian Kurz. "On peut très bien imaginer que c'est l'Europe qui a été visée à travers l'Autriche", estime Frédéric Encel, géopolitologue à Sciences-Po Paris.