Attaque à Rambouillet : l'auteur présente des signes de radicalisation et de troubles psychologiques

Les investigations se poursuivent pour comprendre les motivations de l'assaillant de l'attaque au couteau de Rambouillet dans les Yvelines. Inconnu des services de police, Jamel G. n'avait pas été repéré pour radicalisation. Ce Tunisien de 36 ans n'avait pas fait allégeance à Daesh, mais il se serait radicalisé récemment. Les enquêteurs ont découvert des indices dans le téléphone du chauffeur-livreur. Il aurait, immédiatement avant de passer à l'acte, consulté des vidéos de chants religieux glorifiant le martyr et le djihad. Une évolution visible sur ses réseaux sociaux Sur les réseaux sociaux, il publiait quasi quotidiennement des contenus religieux. Mais en remontant le fil de ses publications, une évolution apparait. Sur son profil Facebook, il poste en 2015 après les attentats de Charlie Hebdo un drapeau français sur sa photo de profil, symbole de solidarité avec les victimes. Cinq ans plus tard, huit jours après l'assassinat du professeur Samuel Paty, il publie une photo avec une légende appelant à respecter le prophète. Il appelle même les musulmans à "répondre aux abus de la France et de Macron", écrit-il.