Attaque à Rambouillet : Laurent Nuñez évoque un profil d'assaillant "très difficile à suivre"

Clarisse Martin
·2 min de lecture

L'ancien secrétaire d'État et patron de la DGSI, désormais coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, était l'invité de BFMTV au lendemain de l'attaque du commissariat de Rambouillet.

Un individu a attaqué au couteau un commissariat de Rambouillet (Yvelines) vendredi. Une policière, agente administrative, a été tuée. Elle était âgée de 49 ans et mère de deux adolescentes. Le parquet national antiterroriste a été saisi.

"La France a de nouveau été victime d'une attaque au couteau à caractère terroriste", a déclaré sur BFMTV samedi Laurent Nuñez, coordonateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT).

L'assaillant était inconnu des services de renseignement et de police. Âgé de 37 ans, il était de nationalité tunisienne et était arrivé en France en 2009. Il a été abattu par les forces de l'ordre. 

Une attaque "qui est très similaire à celles qui nous ont frappés depuis un an et demi maintenant", a poursuivi Laurent Nuñez, "c'est-à-dire commises par des individus qui sont inconnus des services de renseignement, qui sont très isolés, qui n'ont pas de relations avec d'autres individus ce qui les rendrait détectables", a poursuivi l'ancien secrétaire d'État, auparavant patron de la DGSI.

 "Il n'y a pas eu de faille" 

"Les signes de radicalisation qu'ils donnent à voir sont très faibles donc ça devient très compliqué pour les services de renseignement de détecter ce genre de profil", a-t-il ajouté sur notre antenne. "Nous déjouons beaucoup d'attentats (...) mais il reste effectivement ces individus isolés qui sont porteurs de menaces mais qui ne donnent rien à voir, qui sont complètement inconnus des services de renseignement et sont donc très difficiles à suivre", a détaillé Laurent Nuñez.

Selon le haut fonctionnaire, trois attentats ont été déjoués par les services cette année. Concernant l'attaque de Rambouillet, "il n'y a pas eu de faille des services de renseignement", a-t-il insisté.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :