Attaque à Rambouillet : accusé de laxisme sur les questions de sécurité, le gouvernement riposte

Julie Marie-Leconte
·1 min de lecture

Le gouvernement contre-attaque, dimanche 25 avril, après avoir été critiqué une fois de plus pour son laxisme, cette fois après l'attaque au commissariat de police de Rambouillet vendredi, dans laquelle une fonctionnaire de police est décédée. L'exécutif défend donc son bilan sécuritaire et s'affiche à la manœuvre. Emmanuel Macron s'est rendu discrètement à Thoiry (Yvelines) samedi pour présenter ses condoléances à la famille de la victime. Une réunion à Matignon s'est tenue autour du Premier ministre.

Dimanche, ce sont les lieutenants de la majorité que le président de la République envoie sur le front de la riposte. Un ministre venu de la droite, un ministre venu de la gauche, pour prendre en "tenaille" les oppositions.

Gérald Darmanin affiche sa fermeté pour faire taire la droite

Les accusations de laxisme viennent sans surprise de la droite. L'ancien sarkozyste Gérald Darmanin réplique dans le Journal du dimanche : "Notre main ne tremble pas", assure-t-il. Rappel du bilan : 10 000 postes pour la police et la gendarmerie, des moyens de plus comme les drones et les caméras piétons, une trentaine d’attentats déjoués, plus de 500 expulsions de radicalisés.

Mercredi, le ministre de l'Intérieur présente en conseil des ministres une nouvelle loi antiterroriste, une arme de plus, selon lui, pour mieux repérer les individus isolés, mieux suivre également les terroristes à la sortie de prison. Gérald Darmanin adresse par ailleurs un message à son ancienne famille politique : (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi