Attaque à la préfecture de police de Paris : quelles failles ont permis à Mickaël Harpon de ne pas être repéré ?

franceinfo

Après le temps du deuil, celui des questions. Les premiers éléments de l'enquête sur Mickaël Harpon, l'auteur de l'attaque meurtrière à la préfecture de Paris, montrent que plusieurs alertes ont été ignorées par les autorités sur son inquiétant profil.

Habilité secret défense, ce fonctionnaire de police, qui a tué quatre de ses collègues, jeudi 3 octobre, aurait pourtant dû être particulièrement surveillé. Radicalisation, frustrations, clé USB contenant des informations importantes… Autant de signaux qui ne sont pas remontés à la hiérarchie. Passage en revue.

Son approbation de l'attentat de "Charlie Hebdo" n'a pas été signalée

En 2015, Mickaël Harpon a "une vive querelle" avec un collègue au sujet de l'attaque meurtrière contre le journal satirique Charlie Hebdo en janvier, selon un rapport interne de la préfecture de police de Paris. "C'est bien fait", aurait-il déclaré. L'incident est rapporté verbalement en juillet 2015 à un fonctionnaire de la sous-direction de la sécurité intérieure (SDSI) chargé des signalements de radicalisation, mais n'est pas formalisé.

En l'absence d'autres éléments inquiétants, les collègues de Mickaël Harpon et les membres de la SDSI mis au (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi