Attaque à la préfecture de police : "Jeter l'opprobre sur des collègues qui n'auraient pas suivi leur signalement, c'est un peu facile"

franceinfo

"Je pense que jeter l'opprobre sur des collègues qui n'auraient pas suivi leur signalement, c'est un peu facile", a réagi mardi 8 octobre sur franceinfo Georges Knecht, secrétaire général du Snipat (syndicat des personnels administratifs, techniques et scientifiques de la police nationale), à quelques heures de l'hommage rendu aux victimes de l'attaque à la préfecture de police de Paris. Le chef de l'État, accompagné du Premier ministre Edouard Philippe et des ministres de la Justice Nicole Belloubet et des Armées Florence Parly, prononcera un discours à 11 heures.

"Une affaire complexe"

"Après l'émotion, il y a effectivement un certain nombre de questionnements, d'angoisses de la part des collègues de l'ensemble du ministère de l'Intérieur avec des relents de Magnanville", a-t-il affirmé, faisant référence à l'assassinat d'un policier et de sa femme, agent administratif, à leur domicile, en 2016. Leur assassin avait prêté allégeance au groupe État islamique. "Aujourd'hui, trois ans après, on ne sait toujours pas comment cette personne a pu être ciblée et domiciliée par les terroristes", a ajouté Georges Knecht.

L'attaque de la préfecture de police de Paris "est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi