Attaque à Orly: faut-il des contrôles dans les zones publiques des aéroports?

La création de zones de contrôle à l'extérieur de l'aéroport se pose à nouveau après l'agression d'une patrouille militaire à l'aéroport d'Orly samedi. Mais pour le PDG du groupe Aéroports de Paris, un tel dispositif ne ferait que créer de nouvelles cibles pour les terroristes.

Samedi matin, la scène s'est déroulée dans l'un des halls de l'aéroport d'Orly. L'assaillant qui avait auparavant tiré sur un policier dans le Val-d'Oise a pu, comme n'importe quel voyageur, entrer dans la zone publique avant d'agresser une patrouille militaire de l'opération Sentinelle et d'être abattu.

Une attaque qui pose la question des contrôles dès l'entrée des terminaux, même si le PDG d'Aéroports de Paris (ADP) doute de leur efficacité. Sur France Inter ce lundi, s'il assure qu'il s'agit d'une question "que tous les exploitants d'aéroports se posent", Augustin de Romanet estime que ces contrôles pourraient se révéler contre-productifs.

"Si vous fouillez à l'entrée de la zone publique, ça veut dire qu'il faut fouiller aussi à la sortie de l'ascenseur qui vient du parking (...). Vous créez de nouvelles files d'attente, vous créez des abcès de fixation qui sont des cibles extraordinaires pour les terroristes potentiels", explique-t-il. 

Une question déjà posée après l'attentat de Bruxelles

Lors de l'attentat de l'aéroport de Zaventem à Bruxelles en mars 2016, la question du renforcement de la sécurité des aéroports par le biais de ces contrôles en amont avait déjà été posée. Les terroristes étaient en effet entrés dans l'aéroport comme les autres voyageurs et avaient placé les bombes dans leurs valises. Déjà à cette époque, les autorités françaises avaient...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages