Attaque à Nice: "elle est venue vers nous avec plein de sang", un témoin raconte comment il a recueilli une victime

Hugo Septier
·2 min de lecture
Des fleurs et des bougies déposées sur les marches de l'église de Notre-Dame de Nice, le 30 octobre 2020 - Valery HACHE © 2019 AFP
Des fleurs et des bougies déposées sur les marches de l'église de Notre-Dame de Nice, le 30 octobre 2020 - Valery HACHE © 2019 AFP

Trois jours après la violente attaque qui a fait trois morts dans une église à Nice, la chronologie des faits s'assemble peu à peu. Si les enquêteurs poursuivent leurs investigations, plusieurs témoignages de passants et riverains décrivent ave plus de précision les minutes qui ont suivi.

Auprès de BFMTV, le salarié d'un restaurant voisin explique de quelle manière il est venu en aide à l'une des trois victimes, qui était parvenue à quitter l'édifice religieux après l'agression avant de succomber à ses trop graves blessures.

"On a vu la dame sortir de l’église et elle est venue vers nous avec plein de sang sur elle en disant 'au secours, il y a un fou qui tue des gens avec un couteau'. [...] Je ne comprenais pas bien au début, elle m’a redit 'il y a quelqau’un qui plante des gens', on l’a rentrée à l’intérieur du magasin, elle s’est assise sur une chaise et je suis parti en courant à l’intérieur de l’église", se souvient-il.

"Il me regardait avec des grands yeux"

Quelques secondes plus tard, l'homme se retrouve face-à-face avec l'assaillant, qui tente à son tout de sortir de l'église.

"Au moment où j’ai regardé, j’ai vu la deuxième porte qui s’ouvrait, j’ai vu le monsieur, il me regardait avec des grands yeux, j’étais focalisé sur son regard. Il avait du sang sur lui et un couteau à la main, il a dit ’allah akbar’, je voulais aider les gens à l’intérieur mais je suis ressorti vite", explique-t-il encore.

Finalement, le salarié a également souligné la rapidité avec laquelle les policiers municipaux niçois sont intervenus.

"Quelques minutes après j’ai vu les premiers municipaux arriver je suis resté entre le magasin et l’église, ils ont monté les escaliers et ont tiré dessus. Il y a un policier qui est entré, il a récupéré la carte de bus de la dame, on a laissé les professionnels faire leur travail", conclut-il.

Article original publié sur BFMTV.com