Attal se trompe sur le salaire des profs et rectifie son "erreur"

·3 min de lecture
Attal (ici le 7 juillet 2020) rectifie son

"À la fin du quinquennat, il n'y aura pas un professeur qui gagnera moins de 2000 euros net par mois", promettait le porte-parole du gouvernement. Ce n'est pas vrai.

POLITIQUE - C’est un sujet qui s’impose en ce début de campagne présidentielle: comment améliorer le pouvoir d’achat des professeurs français, notoirement mal rémunérés? Pour montrer que l’exécutif n’a pas attendu la proposition d’Anne Hidalgo de doubler leur salaire, Gabriel Attal a expliqué dimanche 19 septembre qu’aucun enseignant ne gagnerait moins de 2000 euros net par mois d’ici à la fin du quinquennat.

Au risque de se tromper. Comme le porte-parole du gouvernement l’explique, lui-même, ce lundi sur les réseaux sociaux, la promesse des 2000 euros sera valable en 2024, et non pas avant la fin du quinquennat en mai 2022.

“Mea culpa. Hier, interrogé sur les salaires des enseignants sur BFMTV, j’ai voulu rappeler les revalorisations inédites pour les débuts de carrière permises par Jean-Michel Blanquer. C’est en fait en 2024 qu’aucun enseignant ne gagnera moins de 2000€”, a-t-il ainsi écrit sur son compte Twitter en partageant une interview du ministre de l’Education nationale réalisée fin août.

Un thème de campagne ?

Il faut dire que la sortie du porte-parole du gouvernement avait provoqué l’ire de plusieurs professeurs sur les réseaux sociaux. “Une faille spatiotemporelle? Petit mouvement de panique parce que ça se voit qu’il n’y a pas eu de revalorisation “historique”? Stratégie ‘dire n’importe quoi’ peu importe les implications?”, écrivait par exemple Sophie Vénétitay, la secrétaire générale du SNES-FSU, dimanche sur Twitter, entre autres messages agacés.

Le débat s’impose dans la sphère politique, depuis que Anne Hidalgo a lancé sa proposition-choc, non chiffrée, dans son livre “Une femme française”: “Multiplier par deux au moins le traitement de toutes les personnes au contact avec les élèves” en un quinquennat “ou, pour commencer, aligner a minima le salaire des nouveaux professeurs sur le salaire médian des titulaires d’un bac +5”.

“Un sommet de la démagogie”, pour le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, qui chiffre la mesure à “150 milliards (d’euros) à la fin du quinquennat” en cumulé.

La France toujours à la traîne

Une chose est cependant certaine dans ce débat: les professeurs sont toujours aussi mal payés. Selon un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la France est toujours à la traîne en la matière, par rapport aux autres pays développés. L’écart est par exemple criant avec l’Allemagne: un enseignant de collège y gagne 72.588 dollars brut par an en début de carrière, contre 34.833 dollars pour un enseignant français, soit le double. En fin de carrière en revanche, l’écart se resserre: 95.216 dollars en Allemagne et 59.340 dollars en France.

Plus globalement, les salaires des enseignants français ayant 15 ans d’expérience ont stagné ou augmenté seulement de 1% entre 2010 et 2020 dans l’élémentaire et le secondaire, contre une hausse de 6 à 7% en moyenne dans les pays de l’OCDE.

À voir également sur le HuffPost: Insoumis et socialistes peuvent-ils s’entendre? On a demandé aux militants PS

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

LIRE AUSSI :

Luc Ferry "n'arrive pas à vivre" avec plus de 3000 euros de retraite par mois et crée la polémique

Un prof suspendu à Toulouse après avoir diffusé une vidéo complotiste antivax

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles