Publicité

Attal seul en scène face aux députés, une mise en lumière qui divise

Gabriel Attal lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris le 26 mars 2024 (JULIEN DE ROSA)
Gabriel Attal lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris le 26 mars 2024 (JULIEN DE ROSA)

Dans une nouvelle formule destinée à redynamiser un exercice un peu usé, Gabriel Attal sera mercredi seul à répondre aux questions des députés. La gauche crie au "narcissisme" et des alliés de la majorité ne cachent pas leurs réticences.

"J'aurais pu dire non mais ce n'est pas mon genre de me dérober", s'est justifié mardi le Premier ministre devant des journalistes en sortant de la séance des questions au gouvernement.

Orateurs, thématiques, "ce sera la surprise", a-t-il ajouté à propos de ce face-à-face inédit de 45 minutes avec les députés auxquels il répondra désormais chaque mercredi à partir de 14H00.

Comme le veut la tradition des questions au gouvernement, les sujets choisis par l'opposition ne sont pas dévoilés à l'avance. Les députés qui interpellent le ministre sont en revanche connus en amont, ce qui permet au gouvernement d'essayer de deviner les thématiques retenues.

Sur les écrans d'information de l'Assemblée nationale, les questions au gouvernement (QAG) du mercredi sont déjà devenues les "questions au Premier ministre". L'exercice rappelle celui du Prime Minister's Questions à la Chambre des communes britannique. "C'est une excellente inspiration", juge le député Renaissance Charles Rodwell, lui-même franco-britannique. Gabriel Attal "donnera une cohérence d'ensemble à la politique gouvernementale" juste après le Conseil des ministres.

"Il faut recréer un moment politique fort", abonde un conseiller de l'exécutif qui voit dans l'exercice une forme de "considération" de l'opposition. Il souligne aussi que le jeune chef de gouvernement "aime la joute oratoire".

- "Nombrilisme" -

Expérimentée jusqu'à fin mai, cette nouvelle formule avait été validée avec le soutien de Renaissance, de la droite et de l'extrême droite. Mais sans la gauche, ni les alliés du camp présidentiel Horizons et MoDem.

"L'idée me semble inappropriée. Souvent les députés préfèrent une vraie réponse du ministre" concerné par le dossier, estime un élu du parti d'Edouard Philippe.

Les oppositions ne cachent pas leur mécontentement. Le député LFI Alexis Corbière y voit un exercice de "nombrilisme (qui) accélère la dégénérescence de la Ve République". "Attention, la légende raconte que Narcisse finit par se noyer en s'admirant", ajoute-t-il sur le réseau X.

Le sénateur écologiste Yannick Jadot fustige un "mépris du Parlement, mépris des ministres". "Les QAG deviennent une +performance+ de Gabriel Attal. Affligeant pour notre démocratie déjà malade qui se réduit à un pathétique exercice de communication".

Pour répondre aux 10 questions, une par groupe, Gabriel Attal aura droit à ses conseillers au banc et se sera préparé à l'exercice quelques heures avant.

"Il est le chef du gouvernement, il veut être le patron", a estimé sur TF1 l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (2002-2005). "Il faut qu’il entre dans la vie des Français, qu'il s’expose" et "qu’il prenne des risques" parce qu'il "a un leadership à assumer".

"C'est une manière de revaloriser à la fois la fonction de Premier ministre et le Parlement" et de "redonner un peu de corps à l'activité et au contrôle parlementaire" dont les questions au gouvernement font partie, estime de son côté l'historien parlementaire Jean Garrigues.

- "Concurrence intempestive" -

Ce premier rôle dévolu au chef du gouvernement reste "marginal au regard du fonctionnement très présidentialiste" des institutions de la Ve République "mais de facto cela met la lumière sur le Premier ministre dans un moment où le président est très contesté et se trouve dans une perspective de départ", analyse-t-il auprès de l'AFP.

Reste à savoir si Gabriel Attal sera perçu "dans son rôle de fusible et protecteur du président, ou au contraire comme une concurrence intempestive".

Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, on se félicite que Gabriel Attal "attire du monde", comme sur TF1 mercredi dernier. "C'est une confirmation que l'effet régénération est toujours là" alors que le chef de gouvernement est cité parmi les héritiers politiques potentiels du président.

En l'absence de majorité absolue à l'Assemblée, l'exercice sera aussi sans doute moins périlleux que la défense de réformes d'ampleur comme celles sur les retraites ou l'immigration qui ont provoqué de vives secousses pour le camp présidentiel.

Gabriel Attal, qui est également chef de la majorité, pourra en outre mesurer le soutien dont il dispose dans ses propres rangs, qui se divisent sur la nouvelle réforme de l'assurance chômage ou les solutions à trouver pour résorber le déficit.

Un député de la majorité craint "une volonté" de la droite et l'extrême droite "de voir le Premier ministre se crasher" à cette séance, mais Gabriel Attal devrait aussi en profiter pour répondre à ses adversaires à l'approche des élections européennes.

pol-are/sde/gvy