Pour Attal, "le moindre jour de confinement qu'on peut éviter aux Français, il faut qu'on le prenne"

Hugues Garnier
·2 min de lecture

Le porte-parole du gouvernement, invité ce dimanche midi de BFM Politique, a défendu la décision de l'exécutif de ne pas reconfiner le pays malgré les craintes des professionnels de santé.

Gabriel Attal justife ce dimanche sur BFM Politique la décision de l'exécutif de ne pas reconfiner la France. Une mesure souhaitée par de nombreux spécialistes de santé et à laquelle le gouvernement a pourtant semblé préparer les esprits ces derniers jours, avant les annonces surprises de vendredi soir.

"Il y avait plusieurs scénarios qui allaient de maintenir le couvre-feu à 18 heures en renforçant le cadre [...] et puis le confinement. Le moindre mois, la moindre semaine le moindre jour de confinement qu'on peut éviter aux Français, il faut qu'on le prenne. C'est notre conviction", déclare sur notre antenne le porte-parole du gouvernement, pour qui, "oui", "on a encore la possibilité d'éviter un reconfinement, dont on connaît l'impact pour les Français en termes économiques, en termes de santé mentale, en termes psychologiques".

Vendredi soir, le Premier ministre Jean Castex a annoncé à l'issue d'un Conseil de défense surprise à l'Elysée une série des mesures de restriction complémentaires au couvre-feu. Parmi celles-ci: un durcissement des règles pour se déplacer hors de France et la fermeture des centres commerciaux non-alimentaires d'une superficie supérieure à 20.000m².

"On le doit aux Français pour qui c'est extrêmement difficile depuis maintenant près d'un an, et on le doit tant que ça ne met pas en péril notre gestion de l'épidémie et l'hôpital", défend Gabriel Attal face à Jean-Baptiste Boursier.

"On ne fait pas de pari avec la santé des Français"

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran est revenu sur l'émergence des variants britannique et sud-africain et sur la menace qu'ils font peser sur les établissements de santé: "Le danger auquel nous faisons face est possibilité, voire probable. Mais il n'est pas certain." Et de marteler qu'un confinement serait de nouveau décrété si les contaminations explosaient de nouveau.

"On ne fait pas de pari avec la santé des Français", commente à ce titre notre invité du jour: "Si jamais cela apparait inéluctable on prendra toujours les mesures nécessaires [...] On regarde au fil de l’eau la situation de l'épidémie, on regarde en permanence les données qui nous sont apportées", insiste Gabriel Attal.

Reste à savoir quand est-ce qu'une éventuelle décision de ce type pourrait intervenir. Mais là, le porte-parole du gouvernement refuse d'évoquer une quelconque date: "On regarde tous les jours, on n’exclut rien et on essaye tout", conclut-il.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :