Atos saisit l'AMF au sujet d'un actionnaire à l'identité incertaine

·2 min de lecture
ATOS SAISIT L'AMF AU SUJET D'UN ACTIONNAIRE À L'IDENTITÉ INCERTAINE

PARIS (Reuters) -Atos, sous le feu des projecteurs pour des problèmes de comptabilité dans deux unités aux Etats-Unis, a annoncé mardi avoir contacté l'Autorité française des marchés financiers (AMF) concernant l'identité incertaine d'un nouvel actionnaire qui a déclaré détenir plus de 5% du capital du groupe.

Le spécialiste français des services numériques a exprimé ses inquiétudes sur la firme américaine Finsur et l'authenticité d'un récent document concernant la taille de sa participation, mais il n'a pas donné davantage de précisions.

Atos a aussi fait savoir à Reuters via une porte-parole qu'il avait déposé plainte auprès du Parquet national financier (PNF) pour diffusion d'informations fausses ou trompeuses.

L'AMF et le PNF n'ont pas répondu dans l'immédiat à des demandes de commentaires.

BFM Business a rapporté en premier lieu qu'Atos avait contacté l'AMF.

"On a bien saisi l'AMF. On avait des incertitudes sur cet actionnaire", a expliqué la porte-parole d'Atos, ajoutant que ces doutes concernaient l'authenticité de la déclaration du franchissement de seuil.

Selon un avis publié le 17 mai par l'AMF, la société Finsur, basée dans l'Etat du Delaware, a déclaré détenir 5,08% du capital d'Atos, une participation qui en faisait l'un de ses principaux actionnaires.

Le 21 mai, le gendarme boursier fait savoir que Finsur était repassé sous le seuil de 5%, avec 4,23% du capital.

Cette prise de participation résulte d'acquisitions et de cessions d'actions sur le marché, a précisé l'AMF.

La société Finsur était enregistrée auprès du greffe du tribunal de commerce d'Orléans (Loiret). Selon Infogreffe, elle a été radiée le 18 février 2020. La veille, son propriétaire, Dylan Dariah, a créé une nouvelle société, Tiniance Investment.

L'affaire intervient alors que Atos mène actuellement une revue complète des bilans de deux de ses filiales aux Etats-Unis après avoir identifié des erreurs comptables.

L'annonce de la découverte de ces erreurs a fait chuter la valeur boursière du groupe, qui accuse une baisse de plus de 26% depuis le début de l'année, à un peu plus de six milliards d'euros. Le groupe doit faire un point sur ce dossier lors de la présentation de ses résultats du premier semestre, prévue le 28 juillet.

(Blandine Hénault, Matthieu Protard et Jean Terzian)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles