Les atomes crochus de Macron et Mélenchon

Les deux candidats à la présidentielle, qui ne s'étaient jamais rencontrés avant le débat, ont échangé lundi plusieurs moments de connivence. Au point de surprendre certains commentateurs et d'attirer la suspicion dans le camp socialiste. 

"Un casse-noix, il faut que ça serre des deux bords, Macron-Mélenchon. Et au milieu, ça fait de l'huile". Lors d'un meeting au Mans en janvier, Jean-Luc Mélenchon a eu cette phrase à propos du PS, qu'il décrivait pris en étau entre sa candidature et celle d'Emmanuel Macron, avant la primaire. Depuis le débat de lundi soir, les quelques moments d'échanges entre les deux candidats, qui ne s'étaient jamais confrontés jusqu'alors et occupaient des pupitres voisins, font jaser.

Le candidat de la France insoumise a par exemple soutenu celui d'En Marche! contre Marine Le Pen, qui l'attaquait sur la laïcité après l'avoir pris à partie en l'accusant d'être favorable au burkini. Contre la présidente du FN également, Emmanuel Macron s'est amusé de l'image de Jean-Luc Mélenchon sur les "épuisettes" de Marine Le Pen "avec des trous dedans" pour lutter contre l'immigration. Les deux hommes ont aussi évoqué l'idée de débattre tous les deux, en face-à-face, sur la santé. "Il y aura bien une émission qui sera d'accord", a lancé Jean-Luc Mélenchon, comme le rappelle L'Opinion, qui a vu dans ces échanges un "coup de foudre en direct".

"Marginaliser Hamon"

Pour un membre du gouvernement interrogé par le quotidien, cela ne fait pas un pli: la complicité affichée par les deux hommes était une tactique utilisée contre Benoît Hamon. "C’était une stratégie organisée, c’est évident, de faire...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages