Athènes : la dette de guerre allemande revient sur le devant de la scène

·1 min de lecture

La question des réparations de l'Allemagne à la Grèce est de retour sur la table ces derniers jours. Hautement symbolique, trouvera-t-elle, enfin, une solution ? Ce serait une aubaine pour un gouvernement grec et un pays en pleine panade économique.

Quatre-vingt ans après l'invasion de la Grèce par les troupes nazies, le 6 avril 1941, suivie d'une capitulation le 23 avril, une question continue d'empoisonner les relations entre la Grèce et l'Allemagne : celle de l'indemnisation des dommages causés par l'Allemagne durant la guerre. Elle est réapparue tout récemment dans l'actualité grecque. " Ces demandes restent actives et valables " a ainsi indiqué un officiel grec à l'agence de presse allemande DPA. Quant au porte-parole du ministre grec des Affaires étrangères, il a déclaré, selon l'agence belge Belga : " La question restera ouverte le temps que nos demandes soient rencontrées. Ces revendications sont valables et actives, et elles seront réclamées par tous les moyens. " Au regard des sommes en jeu, le dossier mérite l'attention. Le montant des réparations est estimé à 289 milliards d'euros, soit quasiment la dette du pays ; en 2019, elle se chiffrait à 331 millions d'euros (180,5 % du PIB).Le dossier semblait pourtant avoir disparu de l'agenda politique et diplomatique grec depuis l'arrivée au pouvoir de Kyriakos Mitsotakis en juillet 2019. Certes, en janvier 2020, il avait affirmé qu'Athènes considérait toujours la question comme ouverte, mais il s'était...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République