Astronautes : la proportion de femmes sélectionnées est plus importante que celle des femmes candidates

Lorsqu’en mars 2021, l’Agence spatiale européenne débute le processus de sélection de sa quatrième promotion d’astronautes, elle fait le pari d’attirer un large éventail de candidats, renforcer la diversité des genres dans ses rangs, et encourage vivement les femmes à postuler. Pour attirer ses nouveaux profils, elle annonce la sélection de plusieurs astronautes de carrière, la création d'une réserve d'astronautes, ainsi que la sélection d'un astronaute en situation de handicap physique. Concernant les femmes, l’idée est d’avoir une mixité plus équilibrée qui pourrait amener à environ un tiers d'astronautes féminines recrutées.

Deux ans et demi plus tard, on peut dire que les objectifs de l’ESA ont été atteints. Mercredi, à l’issue de la session du Conseil de l’ESA au niveau ministériel, Josef Aschbacher, son directeur général, a présenté la nouvelle promotion d’astronautes. Elle comprend cinq astronautes de carrière, dont deux femmes, onze astronautes réservistes, dont six femmes et un astronaute porteur de handicap.

Comme nous l’explique Jean-François Clervoy, astronaute du Cnes et de l’ESA, avec trois vols de navette à son actif, « c’est la première fois que l’ESA décide de répartir ces apprentis-astronautes en trois catégories ». Que ce soit sur les plans médicaux, psychologiques et intellectuels, le processus de sélection a été le même pour tous ces candidats. Ils et elles ont toutes et tous été « recrutés sur les mêmes critères sauf pour le parastronaute dont l’handicap des membres inférieurs — qui "ne servent à riendans l’espace — a été pris en compte ».

C’est donc le Britannique John McFall, amputé d’une jambe après un accident de moto à 19 ans, qui prendra part au projet de parastronautes, une première au niveau mondial. Ce projet vise à étudier les possibilités de faire participer des astronautes porteurs de handicap physique à des activités liées aux vols habités, et peut-être à de futures missions spatiales. Concrètement, John...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura