Astronautes : l’Agence spatiale européenne recrute

La Lune comme futur bureau, c’est une offre d’emploi qui ne se refuse pas. Thomas Pesquet, sélectionné il y a dix ans lors des recrutements de l’Agence spatiale européenne, a poussé les passionnés à se présenter. Quatre à six postes d’astronautes sont à pourvoir. Trois jeunes ingénieurs toulousains sont déjà sûrs d’eux, et savent qu’ils vont postuler. "C’est un rêve d’enfant, depuis le collège je veux être astronaute, donc j’ai l’impression d’avoir attendu vingt ans pour avoir cette opportunité", explique l’une d'eux, Mélanie Lebas. Davantage de femmes au prochain recrutement ? C'est le premier recrutement depuis onze ans. En 2009, il y avait eu plus de 8 000 candidats, pour six heureux élus au final. Pour candidater, il faut avoir moins de 50 ans, posséder un master dans une discipline scientifique, avoir au moins trois ans d’expérience professionnelle et parler plusieurs langues étrangères. Le russe est un atout majeur. Thomas Pesquet est le seul français à avoir été recruté en 2009. Cette année, le jury souhaite plus de femmes et de personnes en situation de handicap.