Astrid Veillon, comment elle a "réinventé" son histoire avec le père de son fils

·2 min de lecture

Dans une interview donnée à «Télé-Loisirs», Astrid Veillon s'est confiée sur sa vie privée, expliquant pourquoi elle avait choisi de ne plus vivre sous le même toit que le père de son fils.

Star de la série «Tandem» sur France 3, Astrid Veillon a accordé une nouvelle interview au magazine «Télé-Loisirs» publiée le 3 juin 2021. Un entretien au cours duquel l'actrice a fait des confidences intimes, évoquant son couple et sa vie de famille.

Maman comblée d'un fils de 10 ans, Jules, la comédienne a concédé que son garçon avait «chamboulé» son existence. «Jules est la plus belle chose qui me soit arrivée dans ma vie. La maternité m’a appris beaucoup sur moi, sur ce que je suis capable de donner, de faire… (Il) est la seule personne au monde que j’aimerai toute ma vie. C’est un amour inconditionnel. Mais devenir mère m’a aussi fragilisée. Avant son arrivée, je brûlais la vie par tous les bouts, je n'avais peur de rien ! Mais Jules m’a avoué il y a peu de temps qu’il avait peur que je meure, chaque fois que je partais. Je pense qu’il sentait chez moi ce côté tête brûlée», a-t-elle dit.

"Je me lasse très vite"

Le papa de Jules est le compagnon de longue date de l'actrice, Gilles. Paysagiste de profession, ce dernier vivait encore récemment sous le même toit que la mère de son fils. En avril dernier, Astrid Veillon avait toutefois déjà révélé dans une interview donnée à «Télé Star» qu'ils avaient pris la décision de ne plus vivre ensemble, après treize années de relation, pour «vivre (leur) couple autrement». «J’ai besoin d’admirer, de vibrer, de nouveauté … Je me lasse très vite. Je ne suis pas sûre d’être très douée pour l’amour. Mais je sais que le père de mon fils est l’amour de ma vie, je sais qu’il n’y aura que lui… Mais notre histoire prenait un virage qui ne me plaisait pas trop, cela devenait trop conflictuel. Il fallait (la) réinventer. Nous avons chacun notre maison et ça fonctionne pour l’instant !»,(...)


Lire la suite sur Paris Match