Astrid Veillon, maman "fragilisée" : ses touchantes confidences sur son fils

·1 min de lecture

Ce jeudi 3 juin, l’actrice Astrid Veillon vient de sortir son nouveau livre, un roman intitulé Pourquoi nous ? L’occasion d’accorder une interview à Télé-Loisirs. Auprès de nos confrères, la star de la série Tandem a évoqué sa passion pour l’écriture, sa relation amoureuse avec le père de son fils, mais aussi sa vie de famille. La comédienne de 49 ans est, en effet, la mère d’un petit Jules, qui compte énormément pour elle. "Il a tout chamboulé ! Mais c’est un grand bonheur, ma priorité", a-t-elle affirmé, en assurant que son garçon est "la plus belle chose qui [lui] soit arrivée dans [l]a vie".

"La maternité m’a appris beaucoup sur moi, sur ce que je suis capable de donner, de faire…", a poursuivi Astrid Veillon, qui est persuadée que du haut de ses 10 ans, son bout de chou "est la seule personne au monde qu’[elle] aimera toute [s]a vie". "C’est un amour inconditionnel. Mais devenir mère m’a aussi fragilisée. Avant son arrivée, je brûlais la vie par tous les bouts, je n’avais peur de rien ! Mais Jules m’a avoué il y a peu de temps qu’il avait peur que je meure, chaque fois que je partais. Je pense qu’il sentait chez moi ce côté tête brûlée", a-t-elle expliqué à nos confrères. Si en tant que femme celle que l’on a pu voir dans Caïn, Nina ou encore La loi d’Alexandre, n’avait pas froid aux yeux, elle a bel et bien changé en fondant une famille.

"Je suis très anxieuse de ce qui pourrait lui arriver. Je trouve que le monde actuel est difficile pour les jeunes, la société peut être (...)

Lire la suite sur le site de GALA

La peur de Manuela Lopez gravement malade : "Ne pas pouvoir emmener mon fils jusqu'au bout"
Naïma Rodric (Un si grand soleil) : avec son compagnon Alexandre Varga, ils racontent leur coup de foudre
Louane "constamment jugée sur son corps" : son poignant témoignage
Bernard Tapie affaibli, il donne de ses nouvelles : "J'ai l'air d'avoir 100 ans"
Les aveux d'Emmanuel Macron sur le rôle de Brigitte : "J'écoute ce qu'elle sent"