Astrid Veillon "humiliée à cause de son manque de culture" : ces attaques cruelles qu'elle a subies

A 48 ans, Astrid Veillon peut se targuer d'avoir 25 ans de carrière derrière elle. Pourtant, l'acolyte de Stéphane Blancafort, à retrouver ce mardi 28 avril sur France 3 dans la série Tandem, a bien des fois pensé tout arrêter. Dans les colonnes de TV grandes chaînes, celle qui file le parfait amour aux côtés de son compagnon, Gilles, s'est confiée sur ses débuts malheureux.

"J’ai joué avec Alain Delon puis Pierre Vaneck. Ce sont de grandes fiertés pour moi qui n’ai jamais pris de cours", explique l'actrice, qui poursuit, "On m’avait fermé les portes du cinéma mais j’étais au théâtre. Ça m’a donné confiance en moi. Je me suis dit que je n’étais pas si mauvaise". Avant cette expérience, Astrid Veillon, qui n'a jamais rougi à l'évocation de ses débuts dans la sitcom Le miel et les abeilles, a longtemps été la cible d'attaques de la part de ses paires. "Je n’ai pas été harcelée en revanche j’ai été humiliée à cause de mon manque de culture", soupire la jeune femme, qui a cependant refusé de se laisser faire.

"Sois belle et tais-toi"

"A force de voir dans de l’arrogance dans le regard des gens de ceux qui en avait de la culture, j’ai décidé de m’y mettre. Et, pour rattraper mon retard, j’ai lu, j’ai lu… Et maintenant, j’écris des bouquins !”, se félicite la comédienne qui révèle également avoir souffert de préjugés à ses débuts. "Avant j’entendais des trucs sur moi genre "sois belle et tais-toi" ou "elle n’a rien dans le citron". Ce métier est violent quand on est jolie", admet-elle,

Retrouvez cet article sur GALA

"Un beau bordel" : Édouard Philippe vivement critiqué par les députés avant son discours
Mariage de Kate Middleton et William : cette folle rumeur sur la robe de Pippa qui l'a bien amusée
Elizabeth II hyper-active durant le confinement : “Si je m’arrête, je tombe”
Florence Foresti : Dominique Besnehard n’a pas digéré sa prestation aux Césars
Tensions au sommet : contre l'avis d'Emmanuel Macron, Edouard Philippe a imposé son idée du déconfinement