AstraZeneca : la vaccination des pompiers des Bouches-du-Rhône suspendue après une hospitalisation

·2 min de lecture

Les sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône ont suspendu les injections avec le vaccin AstraZeneca pour leur personnel après des effets indésirables chez un pompiers. 

Les effets secondaires observés chez un pompier après une injection du vaccin AstraZeneca a poussé sa hiérarchie a prendre des mesures. Grégory Allione, patron du service départemental d'incendie et de secours (SDIS) des Bouches-du-Rhône, a fait savoir lundi à France Bleu qu'il suspend «jusqu'à nouvel ordre» les injections du vaccin né d'une collaboration entre des laboratoires anglais et suédois. Cette décision a été motivée après l'apparition «d'effets indésirables sérieux» chez un pompiers du centre de secours d'Arles, 48 heures après la première injection. Ce dernier a été hospitalisé pour une arythmie cardiaque.

La vaccination d'une centaine de pompiers prévue cette semaine avec le vaccin a été annulée, complète la radio, mais les pompiers continueront eux de vacciner la population avec des injections AstraZeneca. Grégory Allione espère que la campagne de vaccination de ses équipes pourra se poursuivre, mais avec d'autres vaccins.

A lire aussi :Hausse des réanimations, nouvelles déconvenues pour AstraZeneca... le point sur le coronavirus

Des signalements d'effets indésirables, notamment la formation des caillots sanguins, après des vaccinations avec le sérum AstraZeneca ont conduit plusieurs pays à suspendre par précaution l'injection des doses. Parmi eux, le Danemark, l'Islande, la Norvège ou encore la Bulgarie. Dans un communiqué publié dimanche, AstraZeneca a indiqué qu'après «examen attentif de toutes les données de sécurité disponibles sur plus de 17 millions de personnes vaccinées dans l'Union européenne et au Royaume-Uni» avec son vaccin «n'a apporté aucune preuve d'un risque accru d'embolie pulmonaire, thrombose veineuse profonde (TVP) ou de thrombocytopénie dans aucun groupe d'âge, de genre, de lot ou(...)


Lire la suite sur Paris Match